ColdplayCorner - Portail Francophone sur le groupe Coldplay

Recherche de Chansons

Viva la Vida Or Death And All His Friends (2008)

Formats:

Format CDFormat Vinyle

Label:

Parlophone RecordsEMI RecordsCapital Records

Digital Booklet:

Format CD

Date de Sortie: 12 Juin 2008
Production: Rik Simpson, Markus Dravs, Jon Hopkins, Brian Eno
Enregistrement: The Bakery | Entre: 2007 - 2008
Genre: Rock alternatif
Durée: 45:03
Couverture/Pochette:
Coldplay, Tappin Gofton - "La Liberté guidant le peuple" d'Eugène Delacroix

Tracklist:

01. Life in Technicolor (Instrumental)
02. Cemeteries of London
03. Lost!
video play
04. 42
05a. Lovers in Japan
video play
05b. Reign of Love
06. Yes
07. Viva La Vida
video play
video play
08. Violet Hill
video play
video play
09. Strawberry Swing
video play
10. Death and All His Friends
11. The Escapist (Hidden Track)
12. Chinese Sleep Chant (Hidden Track)


SINGLES

Christmas Lights (2010)
Strawberry Swing (2009)
Life In Technicolor II (2009)
Lovers In Japan (2008)
Viva La Vida (2008)
Violet Hill (2008)


Viva la vida or Death and All His Friends est un album de Coldplay sorti le 12 juin 2008 au Royaume-Uni, le 13 juin en Suisse, le 16 juin en France et le 17 juin au Canada.

Leur premier single Viva la vida est numéro 1 des charts américains, place plus souvent occupée par des morceaux de rap/R&B que par le rock alternatif. La pochette et le nom du disque ont respectivement été inspirés par La Liberté guidant le peuple du peintre français Eugène Delacroix et ce en dépit du fait que Chris Martin ait avoué dans plusieurs interviews que le groupe n'a pris conscience de la renommée internationale de ce tableau qu'après avoir sorti l'album et lu les critiques qui soulignaient la singularité de la pochette et par le titre du tableau Viva La Vida de l'artiste mexicaine Frida Kahlo.

En décembre 2006, Billboard.com a annoncé que la sortie du prochain album de Coldplay était fixée à fin 2007. Le groupe a ensuite démenti par le biais de leur site officiel, qui a également annoncé une nouvelle tournée en Amérique latine pour le début de 2007. Au cours de cette tournée, le groupe a commencé à écrire leur quatrième album studio, mais aucun nouveau morceau n'a été joué pour qu'il ne soit pas diffusé sur internet par des paparazzi.

En janvier 2007, lors d'une interview sur la BBC Radio 4's Front Row, le musicien et producteur Brian Eno a révélé qu'il serait le producteur de l'album. Au cours de l'enregistrement, Coldplay a annoncé sur leur site Web que les paroles sont "beaucoup plus abstraites, plus visuelles que par le passé", et que la musique est "moins évidente, plus oblique". Plus tard, en juillet, Coldplay révèle que l'album a été façonné avec des influences hispaniques après avoir enregistré dans les églises et dans des régions d'Amérique latine et d'Espagne, entre autres à Barcelone.

Quelques semaines plus tard, Coldplay annonce la création de deux nouveaux morceaux, Lovers in Japan et Strawberry Swing, et dément les rumeurs affirmant que leur nouvel album s'appellerait Prospekt.

Viva la Vida or Death and All His Friends est l'album le plus vendu dans le monde en 2008 avec 6.6 millions de copies vendues. En février 2009, Coldplay avait vendu 7 millions de copies de son dernier album.

Coldplay a fait appel à Brian Eno (ancien membre de Roxy Music qui a produit John Cale (Words For The Dying puis Wrong Way Up), U2 (en collaboration avec Daniel Lanois pour les albums The Unforgettable Fire, The Joshua Tree, Achtung Baby, Zooropa et All That You Can't Leave Behind)). Il a également collaboré à la triologie berlinoise de David Bowie Low/Heroes/Lodger ainsi que Outside.

Pistes bonus

  • Lost?, version acoustique de la chanson Lost!
  • Lovers In Japan, version acoustique
  • Death Will Never Conquer, chanson bonus du single de Viva la Vida et disponible en Allemagne seulement
  • A Spell A Rebel Yell, chanson de la face B du vinyle de Violet Hill
  • Lost@, version live de la chanson Lost! et enregistrée à Chicago
  • Life in Technicolor ii (Live @ The O2, London), version live bonus du single de Life in Technicolor ii
  • The Goldrush, chanson bonus du single de Life in Technicolor ii et principalement chantée par le batteur Will Champion

Le premier single Violet Hill a été disponible en téléchargement gratuit sur le site officiel du groupe le 29 avril jusqu'à sa sortie officielle le 5 mai et le journal anglais NME a offert avec son édition du 7 mai un vinyle 7" de ce même single avec une face B inédite A Spell a Rebel Yell. Durant les 24 heures qui ont suivi la parution de Violet Hill sur coldplay.com, celui-ci a été téléchargé plus de 600 000 fois.

L'album est la plus grosse vente du groupe à ce jour puisqu'il s'est écoulé à 6,8 millions d'exemplaires. Il se place ainsi à la première place des meilleures ventes album dans le monde en 2008.

Pour remédier à l'impatience de ses fans le groupe a mis le nouvel album en écoute totalement gratuite sur son Myspace.

La critique est très positive. Télérama salue particulièrement "l'impeccablement raide et fier Violet Hill, vrai beau tube de rock radiophonique, avec guitares au garde-à-vous et batterie martiale, pendant que Chris Martin se réinvente en David Gilmour du XXIe siècle sur une mélodie vocale à l'efficacité garantie sur facture". L'hebdomadaire rajoute : "Bien plus que dans le passé, Coldplay semble avoir voulu renouveler sa palette de couleurs, se plongeant (manifestement avec beaucoup de plaisir) dans l'océan des  possibles, d'arrangements baroques en longs instrumentaux échevelés, quitte à se perdre un peu en route. Ces chansons nouvelles sont plus complexes, plus variées, plus fouillées qu'avant, et Chris Martin a clairement décidé d'arrêter de faire du Chris Martin. Certains regretteront sans doute la tranquille cohérence des trois premiers albums, mais au moins, cette fois-ci, Coldplay surprend. Et plutôt en bien".

Le deuxième single, Viva La Vida, devient en quelques jours un tube diffusé par toutes les radios du monde. Ce titre est devenu aujourd'hui l'une des chansons les plus connues du groupes, très souvent jouée en concert.

La tournée suivant ce nouvel album, intitulée The Viva la Vida Tour, a débuté en juin 2008 et s'est terminée en septembre 2009. Durant cette période le groupe aura donné 6 prestations en France.

Biographie de l'album

"Cet album a été alimenté par un désir de passer du noir et blanc à la couleur", explique Chris Martin le leader de Coldplay. "Ou, si vous voulez, nous avons décidé de laisser notre jardin pousser de façon un peu plus négligée. Le limier a été libéré de sa laisse" Quelle que soit la manière dont vous pouvez le décrire, il n'y a aucun doute que Viva La Vida Or Death And All His Friends représente un grand saut artistique pour les 4 amis collectivement connus sous le nom de Coldplay. "Je pense que c'est notre disque le plus audacieux et le plus confiant" déclare le bassiste Guy Berryman. "Nous étions beaucoup plus ouverts à de nouvelles idées et influences, et moins effrayés d'expérimenter". "Il peut être facile d'arrêter d'essayer de nouvelles choses car on a peur de ce que les gens pourraient dire" ajoute Chris. "Mais nous nous sommes forcés à ne pas faire ça."

Le résultat est un disque où les rythmes programmés groovy se bousculent avec de grandes houles d'orgue d'église (Lost!), où l'espace entre le couplet et le refrain est remplis de délicieux sons de cordes et de tablas de style Nord-Africain (Yes), où des claquements de mains de flamenco enjoués conduisent une histoire de tristesse et de désespoir (Cemeteries of London), où des rythmes à quatre voix se mêlent aux cordes qui pleurent pour une ode aux gloires perdues (Viva La Vida). Ça ressemble à Coldplay, mais en différent.

"Le point de départ de cet album a été d'écouter un vieille chanson incroyable de Blur intitulée Sing to me, pendant que nous étions sur la route avec X&Y" explique Chris, se référant à une chanson hypnotique et palpitante du premier album de Blur. "Je me souviens l'avoir entendue et pensé, Ok, nous devons nous améliorer en tant que groupe." La première chanson du nouvel album de Coldplay a été écrite dès le lendemain.

"Je suis motivé par deux choses" poursuit Chris. "L'une c'est d'essayer de donner un sens à l'existence. L'autre c'est quand j'entends quelque chose de brillant, d'essayer d'écrire quelque chose d'aussi bon. Avec cet album, nous avons été inspirés par tellement de musiques incroyables. Nous écoutions Rammstein et Tinariwen côte à côte et le résultat serait quelque chose comme le milieu de '42'. Pour un autre morceau, nous avons écouté Marvin Gaye et Radiohead. Ou Jay-Z et le Golden Gate Trio. Ou My Bloody Valentine et Gerschwin. Ou Delakota et Blonde Redhead. Nous n'avions aucune limite".

"Nous avons définitivement élargi nos horizons." déclare le guitariste Jonny Buckland. Mais ces nouveaux horizons sonores ne se sont pas fait au détriment des fines mélodies qui ont contribué à faire de Coldplay l'un des groupes favoris au monde depuis la sortie de leur premier album Parachutes en 2000. 'Viva…' pourrait trouver Coldplay dans une ambiance expérimentale, mais ses 10 chansons regorgent toujours de paroles et refrains très accrocheurs affirmant la vie. "Je l'espère," déclare Buckland. "Nous n'avons jamais eu et n'aurons jamais, honte de nos chansons" "Nous sommes toujours obsédés de faire des chansons qui peuvent être chantées par le plus grand nombre et qui rassemblent" acquiesce Chris. "Nous voulions juste les présenter différemment."

Dans cet esprit, le groupe a décidé au tout début du processus d'enregistrement que 'Viva…' serait leur album le plus court. "Nous avons réalisé que nous n'avions pas vraiment écouté d'albums entièrement depuis un moment." explique Buckland, "Pour la simple et bonne raison que les gens y mettent beaucoup trop de chansons" "Donc, même si cela signifiait de laisser de côté certaines pistes que nous aimons" dit Chris "cet album devait se terminer avant la fin d'un épisode des Experts." Effectivement, le groupe a gardé les dix pistes de l'album dans leur objectif de 42 minutes (bien que des chansons cachées supplémentaires portent la durée totale à 46 minutes).

Un autre grand changement était que le groupe s'est trouvé un QG permanent ; une ancienne boulangerie nichée dans une ruelle cachée, en face d'un domaine municipal du nord de Londres. Là bas, ils pouvaient répéter, écrire, travailler sur des artworks ou simplement se détendre (le jeu de fléchettes s'est avéré particulièrement populaire). Comme le dit Buckland, "C'est la première fois que nous avons une vraie maison pour le groupe depuis l'époque où nous répétions dans ma chambre d'étudiant en 1999. Et ça a fait une grande différence."

"The Bakery (la fameuse boulangerie) a été une aubaine absolue" reconnaît le batteur Will Champion. "Nous pouvions venir tous les jours, sans pression par rapport au temps, et juste travailler sur notre musique. Auparavant nous pensions : Nous avons une poignée de chansons, allons dans un grand et coûteux studio et commençons à enregistrer. Mais du coup, on se retrouvait à supprimer la plupart des trucs et devoir recommencer, car nous n'avions pas passé assez de temps à répéter ou à écrire. Avec ce disque, nous avons passé des mois à The Bakery avant d'entrer en studio. Nous avons juste fait une démo, joué, répété et pratiqué, jusqu'à ce que les choses sonnent super bien. Nous nous sommes retrouvés beaucoup mieux préparés pour cet enregistrement, vu que nous avions fait une grande partie du travail dans The Bakery."

Dès le début, le groupe a été rejoint dans The Bakery par les deux producteurs de l'album, Brian Eno et Markus Dravs. "C'était l'idée de Brian de travailler avec nous" explique Chris. "Je le rencontrais souvent pour le thé et commençais à jouer des tablas et ça s'est ensuite transformé en une année de production. Puis Markus est passé par 'Win' d'Arcade Fire, après avoir travaillé sur (Neon Bible). Win a dit : 'Tu devrais travailler avec ce gars, car il va vous donner un sacré coup de fouet."

Eno et Davs ont mis leur talent en commun pour former une sorte de dream team en studio; "Tous les deux ont deux personnalités différentes" explique Berryman."Ils ont vraiment trouvé un équilibre à eux deux" Comme Win Butler l'avait laissé entendre, Dravs est un maître pour les tâches difficiles. "Il nous a fait travailler comme des chiens" sourit Buckland. "Tout devait être fait selon ses propres standards. Il nous a vraiment poussé dans nos retranchements en tant que musiciens, pour nous amener au point où nous pourrions enregistrer une grande partie de l'album en live" Et c'est exactement ce qu'ils ont fait. "Je dirais que 80 % de ce que vous entendez à été enregistré avec nous quatre en cercle, jouant ensemble." dit Chris. "C'est une façon assez inhabituelle d'enregistrer de nos jours, mais c'est le plaisir ultime d'être dans un groupe."

Eno, quant à lui, a fourni l'inspiration et la confiance dont Coldplay avait besoin pour développer leur son. "Il a complètement bouleversé la formule" explique Champion. "Il nous a forcés à changer absolument tout sur notre façon de travailler habituellement et voir ensuite où cela nous mènerait. Brian a cette incroyable capacité à démystifier la grande musique et la rendre accessible. Nous n'avions pas peur de tout essayer."

Et ça veut vraiment dire tout essayer; qu'il s'agisse de déménager à Barcelone pour enregistrer des voix de groupe dans d'anciennes églises, ou inviter un hypnotiseur dans la Bakery. "C'était une bonne journée" dit Champion. "Il nous a parlé de ce processus d'auto-détente extrême et des possibilités de ce que vous pouvez faire lorsque vous êtes dans un état où il n'y a aucune contrainte sur votre imagination. Puis nous sommes redescendus et avons joué de la musique. Il y avait un peu d'espoir que nous puissions régresser dans un madrigal Tudor ou quelque chose du genre!"

Malheureusement, ça n'est pas arrivé, et aucune des musiques résultantes n'a été incluse dans l'album, mais le groupe a quand même trouvé que c'était une expérience qui valait le coup. "J'ai été exalté pendant des semaines" , déclare Champion. "Cela vient confirmer ce que Brian dit toujours, de ne pas avoir peur d'expérimenter, et d'essayer des choses que vous n'avez jamais faites auparavant".

"Brian a tellement apporté à cet album" soutien Chris." "Pour commencer, il a en fait beaucoup joué dessus. Mais il a apporté de la vie, de la liberté, de la folie, de la sexualité , du geek, du fun. Toutes ces choses. Il est incroyable."

Une autre présence cruciale dans le studio pour 'Viva..' était l'ancien manager et ami proche du groupe Phil Harvey. Il est la personne nommée comme le 5e membre du groupe dans le livret accompagnant 'Viva..' et leur multi-récompensé second album sorti en 2002 A Rush Of Blood To The Head. Pendant que le groupe était en train de faire leur troisième album, X&Y sorti en 2005, Harvey était absent, vivant en Australie.

"Avec notre dernier album, notre éditeur et cinquième membre nous a manqué, car il était à quelques milliers de kilomètres trop loin" explique Chris."Certaines chansons de cet album sont géniales, mais nous avions besoin de quelqu'un pour dire : détendez vous, enlevez ça, ne vous inquiétez pas pour ça. Phil est comme une figure suprême pour nous." "Il était la plus grande des différences sur ce disque, je pense" ajoute Buckland. "Il nous a tellement manqué sur le dernier album. Il est notre sage, caisse de résonance, zone tampon, tout. C'est incroyable à quel point les chansons sont plus faciles quand il est là."

Ce qui ne veut pas dire que faire 'Viva..' était sans problème. Coldplay s'est toujours mis à l'épreuve pour faire ses disques, et 'Viva..' ne fait pas exception. "En fait ça a été plus que jamais des montagnes russes" déclare Chris "Je pense que si vous voulez faire quelque chose de bien, il faut en souffrir. Et nous avons vécu toutes les émotions dont vous pouvez rêver. Sauf la paresse. Nous ne sommes pas vraiment passés par là. Mais tout le reste. Et je pense que vous pouvez l'entendre dans le produit final!"

'Viva La Vida Or Death And All His Friends' tire son nom des émotions extrêmes qui l'alimentent. C'est un album caractérisé par la perte et l'incertitude, le voyage et le temps, le bonheur et les regrets. "Je ne sais pas s 'il s'agit du syndrome bipolaire, mais nous avons certainement quelque chose en tête qui est aussi bas que haut" explique Chris. "Malheureusement c'est incontrôlable. J'ai écrit ces chansons dans les deux états, Il y a des hauts et des bas partout. Il n'y a pas de plan d'écriture, ça sort juste comme ça. Mais ça pousse au ralliement aussi. Il y a toujours de l'amour, de la joie et de l'excitation dans notre musique. Cela ressort clairement dans cette vague de joie extrême en écoutant Lovers In Japan ou du doux bonheur de Strawberry Swing Mais aussi du côté de l'espoir persistant dans un morceau comme 42" ("There must be something more = Il doit y avoir quelque chose en plus") ou du point culminant chanté en chorale dans Death and All His Friends. Nous ne perdrons jamais le désir d'être optimiste" dit Chris.

Quand est t-il alors des ambitions de Coldplay pour 'Viva..'? "Je voulais que cet album prouve que nous étions à la hauteur de la position qui nous a été donnée" déclare Chris "Et il ne fait aucun doute que nous sommes sortis de ce processus en étant un meilleur groupe; peu importe ce qu'il se passera pour cet album, quand nous le jouons en live, nous allons être au taquet ! Mais finalement, aussi cerebral qu'on puisse être, cet album est là pour divertir les gens, pour fournir 42 minutes de plaisir, avec 10 chansons géniales qui seront chacune la préférée de quelqu'un. J'espère vraiment que nous y sommes parvenus."

Plus dans cette catégorie : « X&Y (2005) Mylo Xyloto (2011) »

S'identifier