A+ A A-

Review Everyday Life

4ans et 1 mois après le sublime et coloré A Head Full of Dreams, le groupe revient aujourd’hui avec son 8e opus le tant attendu #EverydayLife, cet article est donc dédié à la décortication de cet opus.

Malgré son architecture tentaculaire, l’album est l’une des œuvres les plus cohérentes du groupe. La musique est pleine d’autres voix: la chanteuse nigériane Tiwa Savage, le chanteur de qawwali Amjad Sabri, Alice Coltrane, Scott Hutchison de Frightened Rabbit et trois générations de Kutis (Fela, Femi et Made), Même si il peut parfois sembler encombré, regorgeant d’annotations et de notes de bas de page, elle est rarement lourde, la séquence semble respirer et expirer avec chaque chanson.

En effet, toujours attendu, et toujours au rendez-vous, Plusieurs fans vont dire ‘’Oui… Mais…‘’, comme notre Jb qui déclare ‘’...même si je suis demandeur de changement et de mue quand il s’agit de mon groupe fétiche, certains morceaux ne m’ont pas touché autant que je l’espérais. C’est le cas par exemple de When I need a Friend, Èkó ou encore Bani Adam.‘’ Ou Laura qui déclare ‘’J’ai écouté l’album, et dans sa globalité, il me fait vraiment quelque chose…‘’. C’est des avis à chaud après la diffusion des deux concerts du weekend dernier en direct d’Amman pour le lancement d’Everyday Life.

Il est vrai qu’Everyday Life est un bloc de matière brut qui recèle quelques pépites, alors que Coldplay est perçu comme un bon vieux plat de notre enfance, on en a presque vite assez et on en redemande une fois la cocotte vide, Oui la comparaison est assez platonique mais les fans savent de quoi je parle. Des riffs qui sont omni présents, une voix douce des fois, d’autres grave et en colère, des couleurs et des senteurs dans chaque chanson. Une diversité choquante aux premiers rebords mais cohérente une fois l’album pris à bras le corps.

mh 2019Photo: © James Marcus Haney (2019)

Everyday Life est juste cohérent..

Cet album revisite le catalogue Coldplay qui se recentre autours de son grand atout qui est la guitare, celle de Chris de Jonny et une forte présence de basse comme seul Guy sait en jouer, des mélodies évocatrices pour le piano et une voix mélancolique comme seul Chris en a la recette.

Everyday Life met la lumière sur la partie sombre et pas trop aimée de l’humain, de son impact sur ces compères et sur la planète, Il est donc fortement troublé par l’état de discorde des affaires mondiales mais il est également soucieux d’être une couverture de sécurité sous laquelle nous nous tenons au pires moments de nos vies, ‘Trouble in Town’ parle sombrement et dramatiquement des troubles raciaux ‘Et je ne trouve pas de refuge, je ne trouve pas la paix et j'ai toujours plus de police’ accompagné par un crescendo glacial comme un enregistrement d’un téléphone portable d’un incident de profilage racial en Philadelphie.

Dans ‘BrokEn’ Chris est accompagné par une chorale, qui fait référence à une prière faite par un homme en plein dans la turbulence de la vie quotidienne à laquelle font face beaucoup de personnes chaque jour.

Guns’ est sans aucun doute un gros coup de gueule, un clin d’œil à ce qui se passe généralement aux Etats-Unis depuis l’investiture du président actuel et son envie de généraliser le port d’armes qui est un vrai sujet de société aux Etats-Unis, la chanson est aussi perçue comme un titre qui parle sournoisement du ras-le-bol général sur la folie de combattre le feu par le feu ‘Tous les gamins font des pistolets avec leurs doigts et leur pouce/Annonce une révolution/Fourni lui des armes quand elle commence/on cuisine les moins que rien on a fait nos calculs/Le jugement de cette cour est /Il nous faut plus de flingues’.

Daddy’ c’est un de nos plus grands coup de cœurs sur cet album, en effet, cette chanson est assez poignante et parlante, malgré son ton assez doux et triste, la chanson est sans nul doute un message du groupe en référence à ce qui s’est passé, et ce qui se passe encore aujourd’hui, en Syrie ou en Lybie, ou des familles toutes entières tentent des traversées dites ‘de la mort’ à bord d’embarcations de fortune pour fuir les répressions et les guerres politico-ethnique, le personnage de la chanson demande ‘Papa, es-tu quelque part?/Papa, tu ne viendras pas jouer ?/Papa, est-ce que tu t’en fiches ?/N’as-tu rien à me dire ?’ en référence à son père, qu’on présume disparu ou mort ‘Tu ne vas pas rentrer à la maison et rester ?/Reste s’il te plait, oh s’il te plaît reste/Tu ne vas pas rentrer à la maison et rester ?/Une journée, juste une journée’.

La plupart des chansons se terminent en moins de trois minutes, et seuls quelques-uns se présentent comme des chansons comme le groupe en sort d’habitude, à un point tel que les singles semblent discordants.

'Orphans' est l’hymne de cet album, clairement. C’est le morceau qui bouge le plus, et le plus “radio friendly”, une chanson conçue dans le but exprès de donner aux fans quelque chose à chanter lors de concerts.

'Arabesque' est un jeu différent, un moment de big-band construit, comme l'a récemment déclaré Chris à Annie Mac de la BBC Radio 1, sur un groove retenue de l’époque des sessions d’enregistrement de Viva La Vida, sous la direction de Brian Eno, qui a à l’époque, écarté Chris du studio pendant qu'il enseignait au reste du groupe comment balancer et faire les chœurs. C’est la pièce maîtresse incontestée d’Everyday Life, accompagné d’enregistrements de rues des villes en constant mouvement, des sons enregistrés par les membres du groupe durant leur vies de tous les jours. Cette chanson est un hymne à l’unité des genres et des peuples ‘Comme deux gouttes d’eau/On se ressemble/Comme provenant de la même mère/Comme deux ruisseaux (Tu pourrais être moi)/Qui se rassemblent (Je pourrais être toi)/Pour faire les grandes rivières/Et nous partageons le même sang/Ouais, nous partageons le même sang’.

L’autre grand coup de cœur de notre équipe est ‘Champion Of The World’ avec son début planant et sa guitare électrique entrainante sur un rythme joyeux, comme un cris a l’évasion et l’enchainement arrive avec des paroles poignantes et plutôt expressives ‘J’ai fait de mon mieux pour ressembler à mes camarades de classe/J’ai fait de mon mieux pour faire ça bien et je suis mort à chaque duel/Ce côté de la montagne c’est du suicide/Ce rêve ne se réalisera jamais’, mais très vite le ton change et la chanson est à la célébration plus qu’à la déception quand chris dit ‘Alors je vole sur mon vélo/Vers la sortie de la terre/Je saute sans parachute dans l’univers/J’ai E.T. sur mon vélo par qu’abandonner n’est pas la solution/Maintenant je chevauche ma fusée et je suis/Champion du monde’, le titre trouve sa solution dans quelques métaphores mixtes - un match de boxe durement gagné, une balade à vélo majestueuse, une fusée qui se dissolvent dans un refrain scintillant et isolé.

mh 2019 2Photo: © James Marcus Haney (2019)

Avec la publication du premier single Arabesque/Orphans les fans et plusieurs membres de notre équipe (dont moi), se disaient insatisfaits ou même déçus, c’était vraiment deux mondes qui ne se complétaient pas et qui ne se ressemblaient pas du tout.

Mais après l’écoute de l’album dans toute sa totalité, la cohérence est de mise, chaque chanson est à son rythme et à sa place, c’est une histoire de 53minutes, à travers laquelle plusieurs vies s’entrechoquent et finissent pas s’embrassé et faire qu’un, les titres dits ‘Interlude’ et je cite ici 'When I Need A Friend' ou 'Old Friends' ou le sublime 'Bani Adam' et son apport avec le poème du poète iranien Saadi Shirazi et son ‘Les êtres humains font partie d’un tout/Dans la création de l’essence même et de l’âme/Si un seul membre est en proie à la douleur/Alors les autres resteront mal à l’aise’, ce poème englobe la totalité de l’âme de l’album, insignifiant et inutile pour certains et tant important pour l’harmonie et l’équilibre de l’album.

Cet album est vraiment impossible à noter, mais si nous devons le faire on lui donne un bon 8/10 comme note générale. Et avec ou sans notre notation l’album vole déjà à travers les charts mondiaux et se hisse à la 1ère place dans 53 pays en moins de 12h après sa sortie.

Dernière modification lemercredi, 27 novembre 2019 08:15
Coldplay12

Je m'appelle Lotfi et je suis un fan de Coldplay depuis quasiment le début, The Scientist est mon coup de cœur et Coldplay c'est ma vie.

Je suis le Responsable de Communications et Relations Publiques (ColdplayCorner.com), Administrateur du Forum et Newseur du site, ... et beaucoup d'autres choses.

E-mail Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.
Connectez-vous pour commenter