A+ A A-

Interview: Misty Buckley

Interview: Misty Buckley

La scénographe de Coldplay et directrice artistique de la cérémonie de cloture des jeux paralympiques nous donne un avant-goût du spectacle de dimanche soir

Dimanche soir, Coldplay jouera à la Cérémonie de Clôture des Jeux Paralympiques de Londres 2012, au stade olympique de la ville. La cérémonie commencera à 19h30 heure anglais. Elle sera retransmise en direct sur Channel 4 en Grande Bretagne, tandis que la liste des chaines de télévision couvrant l'évènement dans le monde est ici. L'intégralité de la cérémonie sera également retransmise en live pour le monde entier sur www. paralympic .org.
 
Nous avons envoyé un mot à la conceptrice du décor du concert de Coldplay et directrice artistique pour la Cérémonie de clôture des Jeux Paralympiques, Misty Buckley, pour en savoir plus sur son travail avec le groupe et la cérémonie de dimanche...
mistycropBonjour Misty, pourriez-vous s'il vous plaît nous dire d'abord comment vous êtes venue à travailler avec Coldplay?
Mon mari et moi sommes les directeurs de la conception du parcs et des différents sites du festival de Glastonbury. Les organisateurs Emily et Michael Eavis ont une relation très proche avec le groupe puisqu'ils ont joué au festival plusieurs fois et ont une très forte connexion avec celui-ci. Je pense qu'ils ont sans doute eu une petite discussion. J'ai d'abord travaillé avec le groupe sur le clip de The Christmas Lights.
 
Etiez-vous satisfaite du résultat de cette vidéo?
Oui, c'était génial. Nous n'avons eu que dix jours pour trouver le lieu, le design et construire le plateau. Le plateau était un théâtre mobile assez compliqué avec une arche en avant-scène, des ailes et un plateau mobile complet pour tout le décor, et des accessoires pour y bouger tout au long de la chanson. C'était génial de travailler avec le directeur Mat Whitecross et nous avons beaucoup ri à concevoir toutes les astuces des forêts décoratives de séparation qui révèlent une scène de nuits Arabes à l'arrière... Des fusées et des comètes passant à toute vitesse en même temps qu'un chariot d'Elvis chantants tracté sous une averse de neige faite de papier journal. Je ne sais pas à quoi nous pensions. Il faisait -2°C et nous filmions sur la côte Sud deux jours avant l'énorme tempête de neige de décembre 2010. Je n'ai jamais eu aussi froid de toute ma vie. Je pense que l'équipe vient à peine de nous pardonner pour leur avoir fait vivre cela. Mais les résultats étaient beaux.

Puis le groupe vous a demandée de travailler sur les décors pour les spectacles de festivals, Glastonbury étant évidemment l'apogée de ceux-ci. Quelles étaient les directives?
C'était vraiment excitant, parce que c'était comme avoir les jeux à la maison. J'ai juste un réel instinct pour ce qui marcherait à Glastonbury et ce qui semblerait juste. Nous voulions créer un environnement inspiré du monde de Mylo Xyloto, le personnage derrière l'album. Le concept était une boule d'énergie d'où émanaient la couleur et la lumière. C'était important d'intégrer les lumières en néom, les lasers, les couleurs fluorescentes et un sentiment de mise en peinture... pour mêler les dernières technologies avec une impression de fait à la main. Le groupe tenait à utiliser le graffiti d'une nouvelle manière, ce qui nous offrait à tous un challenge vraiment excitant. C'était le début d'une très bonne collaboration créative avec le groupe, le créateur en lumières Paul Normandale et Phil Harvey, le directeur artistique du groupe.
 
Et vous étiez responsable d'amener Paris à bord?
Nous avons amené Paris, notre graffiti artiste favori avec qui nous travaillons depuis des années et il a absolument intensifié le challenge. Nous avons discuté - très longuement! du style de graffiti. Nous voulions nous éloigner du graffiti traditionnel et développer notre propre marque de fabrique, inspirée par les travaux de Jean-Michel Basquiat et Picasso. Nous avons fait des ateliers avec le groupe dans lesquels nous avons tous pu explorer et expérimenter les bombes de peinture, les acryliques, les fluorescents et les peintures au pinceau. Les résultats étaient extraordinaires. Paris apporte une lueur géniale et de la créativité.
 
A quel point avez-vous été proche du groupe pour travailler sur les décors de la scène?
Nous avons vraiment travaillé en étroite collaboration avec le groupe sur tous les différents aspects et développements de la conception des divers décors. Le profond ancrage du groupe dans la créativité visuelle, combiné avec le concept de l'album et les paroles, ont fourni une riche palette de travail. Je fais toujours une maquette à échelle du décor, pour que le groupe puisse avoir une idée de l'espace. Cela crée un point central et nous pouvons nous asseoir autour de la maquette et bouger diverses pièces du décors et écrans jusqu'à ce que nous soyons satisfaits... j'aime beaucoup ce procédé. Je le trouve très inspirant.
 
Glastonbury a été un point culminant pour vous, avec la Pyramide lumineuse et l'incroyable réponse du public?
Génial. C'était très émouvant.

Comment avez-vous fait pour adapter le décor aux concerts en stades?
Parce que nous avons commencé avec un récit à partir de Mylo Xyloto, cela signifiait qu'agrandir pour les lieux était comme faire des graffitis sur un mur. C'était de mieux en mieux et de plus en plus riche à mesure que nous ajoutions des épaisseurs et poussions les limites de ce que nous pouvions accomplir. J'avais conçu des fleurs faites de fil électroluminescent pour le concert du festival, qui grandissaient et fleurissaient autour du groupe. Ce concept était développé et construit dessus... puis agrandi en cinq écrans géants de 13 mètres de diamètre pour le concert en stade. Le graffiti repose entièrement sur l'étalage, la création de ta marque mais sans être trop précieux à ce propos. Tu as besoin de continuer à te réinventer et ajouter des couches, pour qu'il y ait juste une suggestion de ce qui a été fait avant.
 
Avez-vous pu aller à beaucoup de ces concerts?
J'y suis allée autant que possible...mais j'ai eu mon premier bébé pendant que je concevais ceci et la conception artistique de la cérémonie de clôture des Jeux paralympiques. Ca a donc été une année chargée!
 
Etiez-vous responsable de l'engagement de Coldplay à la Cérémonie de Clôture des Jeux Paralympiques?
Il se peut que nous ayons eu une petite discussion! Kim Gavin (directrice artistique) et moi avons présenté nos toutes premières idées et dessins au groupe. Je pense qu'ils ont dit oui avant que Kim ait terminé sa deuxième phrase.
 
Il semble qu'il y ait une affreuse charge de travail mise sur cette cérémonie?
Une incroyable charge de travail. A cause de la nature du concert, nous avons décidé que la meilleure solution était de tout construire nous-même, plutôt que de tout envoyer à des entrepreneurs. Nous avons donc monté un immense atelier à côté du stade olympique et nous avons créé un énorme département artistique constitué de soudeurs, techniciens, mécaniciens, menuisiers, peintres, stylistes et accessoiristes. Nous avons amené des créateurs de Glastonbury y compris Joe Ruch & the mutoid waste co. pour réaliser mes créations et fabriquer ces structures originales.
 
Pouvez-vous nous donner un quelconque indice sur ce qui nous attend dimanche soir?
Je ne veux pas porter la poisse à quoique ce soit..mais si tout se passe bien, vous deviez voir un concert très créatif et émouvant. Une énorme quantité d'amour a été mise dans ce spectacle.
 
Enfin, nous demandons à tous les interviewés de Coldplay .com, quelle est votre chanson de Coldplay préférée?
Charlie Brown... Elle m'élève simplement... Elle me fait penser aux couleurs éclatantes, au festival de Glastonbury, à mon petit garçon, au fait que je passe la meilleure année de ma vie... et cette chanson est un excellent moment dans le concert!

Coldplay12

Je m'appelle Lotfi et je suis un fan de Coldplay depuis quasiment le début, The Scientist est mon coup de cœur et Coldplay c'est ma vie.

Je suis le Responsable de Communications et Relations Publiques (ColdplayCorner.com), Administrateur du Forum et Newseur du site, ... et beaucoup d'autres choses.

E-mail Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.
Connectez-vous pour commenter