GK Music State - шаблон joomla Новости
Connexion
 

Roadie #42 - Blog #145

# 42, l'usine à seaux et la performance acoustique

Rejoignez une road-crew qu'ils ont dit. Voir le monde qu'ils ont dit. Lieux exotiques et glamours qu’ils ont dit ...

Je n'aurais jamais osé rêver, cependant, que si je travaillais assez dur, un jour je me trouverais dans une usine désaffectée de seaux à Brooklyn.

En réalité, l'endroit où nous nous trouvons a en fait une vue plutôt spectaculaire sur Manhattan et est en train de se transformer en un studio de télévision shabby-chic [forme de décoration d'intérieur où les meubles et l'ameublement sont soit choisis pour leur âge et leurs signes d'usure et de déchirure pour donner l'apparence d'une antiquité]. Nous sommes là pour "Hamish and Andy’s Gap Year" une émission de télévision australienne filmée ici à New York.

Les gars ont fait plusieurs choses avec Hamish et Andy avant et ils se sont toujours bien amusés. Après les balances, ils viennent discuter avec le groupe en dehors des vestiaires et le rire est authentique et clairement audible jusque dans la salle.
21sep1101
Cet état d'esprit se poursuit à travers l’échauffement. Plutôt que les habituels exercices vocaux, Chris semble avoir réquisitionné le piano et a commencé à faire plutôt une version «oum-pah» de "Living On A Prayer". Que soit la proximité du New Jersey qui ait apporté l'influence soudaine de Bon Jovi, je n'en suis pas entièrement sûr. On semble être hors du système au moment où ils jouent. Probablement pour le meilleur ...
21sep1102
21sep1103
En plus d'une courte interview (qui a lieu trois fois à cause de micros de radio douteux) et de la chanson (ETIAW ...) il y a un court segment où Chris doit essayer de tirer un t-shirt de la rue jusqu’au studio par une fenêtre ouverte. Je vous laisse chercher l'émission de télévision par vous-même pour voir comment il s’en est sorti.
21sep1104
Les émissions télé sont de longues journées avec de longs moments d’attente, donc c'est un grand soulagement quand nous retournons enfin à l'hôtel. Je traverse les portes dans le hall d'accueil avec l'ingénieur son/co-producteur Dan Green et fais une énorme double prise quand je reconnais le visage droit en face de moi.

Ce n’est nul autre que M. Jon Bon Jovi lui-même. Quelles sont les chances? Dan Green et moi passons devant lui et on s’avance vers les ascenseurs, partageant un regard incrédule. Nous nous dirigeons vers l'étage en secouant la tête, avec seulement une version oom-pah du Living On A Prayer dans nos têtes pour combler le silence.

Le jour suivant, nous nous habillons chic pour l’émission de David Letterman. C'est un petit théâtre et nous avons apporté beaucoup trop de matériel. Mon équipement est mis en place dans un tout petit couloir étroit derrière la scène. J'ai déjà parlé des cauchemars sur les concerts et comment chacun a son mauvais rêve personnalisé, incarnant chaque chose qui pourrait rendre leur job particulièrement impossible.

Quelqu'un semble avoir regardé l'ensemble de mes cauchemars et avoir pris note. Ils ont ensuite disparu et ont été conçus aujourd'hui, et s’éloignent alors en ricanant.

Le minuscule couloir est massivement occupé, ce qui signifie que je ne peux littéralement pas travailler 30 secondes, sans avoir à déplacer plus loin mon matériel pour laisser les gens passer. Pire encore, je suis à des km de la scène et je n’ai aucun angle de vision sur le groupe. Je suis complètement aveugle. En répétition, je ne peux pas entendre le micro du présentateur, ce qui signifie que je ne peux pas avoir mon signal pour le départ. Le groupe se rend compte que les choses ne vont pas et ça leur tape sur les nerfs et use leur patience. Ça continue encore et encore jusqu'à ce que je sois dans un total concert infernal et tourbillonnant.

Dans l’ensemble, ce n'est rien de majeur et la performance du groupe est superbe. La journée entière pour moi, cependant, a été équivalente à essayer de cuisiner un repas pour 4 personnes avec des gants de boxe et les yeux bandés.

Mais deux choses ont remonté toute l'expérience. Premièrement, les gens de l’équipe de Letterman sont adorables et très drôles. C'est comme se tenir au milieu d'un sitcom de longue durée et les regarder travailler. Ils ont la vibration familiale que celle que l'équipe a en tournée et ils se taquinent, ont leurs propres blagues et terminent les phrases des uns des autres tout le temps. Ils ont aussi été très gentils et patients avec nous, malgré que nous enfoncions une quantité folle de notre équipement dans leur maison.

La deuxième chose sont les rappels. Les setlists pour la webdiffusion qui sera filmée après l'émission de télévision ont fait le tour des emails pendant des semaines. Cela a soulevé un sourire ironique dans tous les quartiers, tout le monde sachant comment les choses sont sujettes aux changements de dernière minute. En effet, la setlist change deux fois pendant la journée et puis, quand le groupe est sur scène, la rumeur vient qu’ils pourraient décider de mettre God Put A Smile Upon Your Face en rappel.

Le groupe finit par imprimer la setlist (admirablement intitulée "Letterman Setlist FINAL-version 2"). Ils sont debout dans le couloir, envisageant de revenir et le mot vient : «Ça y est. C’est fini. » Pas de rappels.

Les Roadies commencent à débrancher et à éteindre, puis soudain Chris est aperçu retournant sur scène. Chaos et pandémonium s'ensuivent alors qu’il semble qu'ils vont faire "Us Against The World". Le pauvre vieux Hoppy galope à travers la pièce avec un câble et glisse une guitare dans les mains de Chris. Tout fonctionne et Chris fait une intro drôle - la tension de la journée est dispersée.
21sep1105
Puis, sans raison apparente, le micro de la guitare est coupé. Je ne sais pas si quelqu'un de la foule l’a crié ou si c’était l'idée de Chris - mais il décida de le faire sans les micros plutôt que d'attendre que le son revienne. J'ai écrit dans le dernier blog qu'il aurait pu faire la chanson à Austin sans sono parce que la pièce était très petite. Si je suis honnête, un souvenir d'un spectacle dans un petit club à Tokyo en 2002 m'est revenu à l'esprit, où il avait fait See You Soon avec le système de son coupé - alors je pense que M. Martin peut revendiquer les droits sur l'idée, qu’importe la façon dont elle lui est venue ce soir.

C'est un endroit assez petit pour qu'il puisse en avoir l’idée et la faire fonctionner. C'est un total moment poils-hérissés-sur-le-cou. Tout le monde est rayonnant en les regardant - jusqu'à ce que soudain il est clair que pendant que tout cela fonctionne très bien dans le théâtre, dans le camion de son pour la webdiffusion, aucun micro est à peine plus excitant qu’un silence total – le chaos du signal en plus.

Lentement tout le monde retourne sur scène. Will se rend compte que Chris a pris le tabouret de piano, et termine donc à genoux sur le sol. Jonny et Guy ont leur retour de son presque éteint. L’ensemble est un plaisir à regarder. Complètement hors du script, non planifié et délabré, mais dans le même temps totalement merveilleux. Juste le groupe et le public partageant ce moment.

J'ai essayé de courir dans la foule pour avoir un appareil photo pour vous les gars, mais je ne pouvais pas le faire sans avoir à traverser la scène alors qu'ils jouaient. Mais bien sûr, il y avait quelqu'un au balcon avec son téléphone en main. D'une certaine manière, il n'y a pas façon plus parfaite que celle-ci pour capturer ce moment. J'espère que tu ne m'en voudras pas de partager ta vidéo avec le blog, dayi531. C'est un cracker.
R42

Dernière modification lelundi, 07 décembre 2015 09:39
Coldplay12

Je m'appelle Lotfi et je suis un fan de Coldplay depuis quasiment le début, The Scientist est mon coup de cœur et Coldplay c'est ma vie.

Je suis le Responsable de Communications et Relations Publiques (ColdplayCorner.com), Administrateur du Forum et Newseur du site, ... et beaucoup d'autres choses.

E-mail Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.
Connectez-vous pour commenter

Connexion or S'enregistrer