GK Music State - шаблон joomla Новости
Connexion
 

[Interview] Chris Martin parle au Rolling Stone Magazine à l'occasion du passage de Coldplay au Super Bowl

Comment Chris Martin a appris à vivre avec ses ennemis et ramener Coldplay vers le soleil

Un après midi ensoleillé, en début d’année. Chris Martin sort de sa large voiture avec chauffeur, garée devant un hôtel de luxe avec vue sur la mer, et marche sur la baie de Santa Monica en inspirant profondément. « N’est-ce pas magnifique »? dit-il en fixant le sable doré et l’océan Pacifique. « Amazing Day (un jour incroyable) ». En l’occurence, « Amazing Day » est également une chanson de son groupe, Coldplay, tirée de leur nouvel album « A Head Full of Dream » - preuve n°1 que Chris Martin ressemble trait pour trait à l’image qu’il laisse transparaître dans les paroles qu’il écrit: il est exubérant, un brin mièvre et facilement impressionné par ce qui l’entoure.

Le chanteur s’étire et prend quelques instants pour profiter du soleil. Il a la carrure d’un nageur professionnel, grand et large d’épaules, avec une barbe de trois jours et cette fameuse aura qu’ont les personnes célèbres. Il porte une casquette ornée d’un smiley jaune, et, lorsqu’on le regarde, cela semble un peu redondant - un visage souriant au dessus d’un autre visage souriant. Il semble également qu’il n’ait pas jugé utile de porter des chaussures.
Chris Martin vit juste en haut de cette rue de Malibu, dans une maison à 14 millions de dollars que lui et son ex-femme, Gwyneth Paltrow, avaient acheté peu de temps avant leur divorce en 2014. « Juste ici » déclare-il, en pointant la côte du doigt. Il s’est réveillé ce matin, a écouté deux podcasts de Serial, puis, pour se motiver à l’approche de leur prestation lors de la mi-temps du Superbowl, il a regardé entièrement le film Rocky 4. « Je pense que ça titille le jeune garçon en moi qui a regardé le film et qui s’est dit ‘Ouah, si tu veux faire quelque chose, soulève simplement des putain de troncs d’arbres!’ ». Chris Martin n’aime pas rester immobile, par conséquent nous décidons de nous promener un peu. Il part souvent marcher dans Los Angeles, que ça soit pour ses déplacements professionnels ou pour le plaisir.

« Il a toujours été porté par une sorte de nervosité, d’énergie pleine d’anxiété qui coule dans ses veines » dit de lui son meilleur ami, le directeur de création du groupe. L’acteur Simon Pegg, un autre vieil ami du chanteur, pense que c’est également un moyen d’échapper aux paparazzis. « Son astuce, c’est de bouger très vite » affirme-t-il. « Ses longues jambes sont d’une aide précieuse ».
Nous nous rendons plus bas sur la baie, croisant des touristes, des cyclistes, des skaters et des mouettes. Chris Martin, pieds nus, marche sur un imposant galet et se penche pour se ramasser, puis il l’enfonce dans le sable pour évite la même mésaventure à d’autres passants. Je saisis cette occasion pour lui demander pourquoi il ne porte pas de chaussure. Le chanteur souffle. « Je n’aime pas vraiment en parler, parce que ça me fait passer pour un snob », dit-il. « Mais la vérité c’est que, deux jours avant Noël, j’ai fait du bénévolat dans un centre pour SDF, et alors que je construisais une niche pour chien, quelqu’un a accidentellement fait tomber un énorme panneau en bois sur mes orteils ». Au début, il avait peur que ces derniers soient cassés; il s’est révélé qu’ils ne l’étaient pas, mais ils lui faisaient toujours mal lorsqu’il portait des chaussures. Cette histoire avait tout de même un côté positif: cela lui donnait une bonne excuse pour passer les vacances aux côtés de son ex-femme et de leurs deux enfants, Apple, 11 ans, et Moses, 9 ans. « Les médias en parlent beaucoup trop, mais nous avons fait un merveilleux divorce » dit-t-il. « C’est un divorce, mais un divorce pas comme les autres. J’étais auprès d’eux, et c’était très agréable. C’est marrant de devoir passer de la figure musicale publique à quelqu’un qui déclare « Allons assembler cet IO Hawk - quel tournevis dois-je utiliser ensuite? ». Je lui ai ensuite avoué que j’étais impressionnée par sa capacité à fabriquer un IO Hawk, une sorte d’hoverboard à deux roues. « En réalité, c’est un très mauvais exemple, parce que je n’y ai même pas touché » répond-t-il en riant. « Mais tu vois où je veux en venir ».

Chris Martin a la réputation d’être l’un des musiciens les plus charmants et agréables: toujours gentil, d’une générosité irréprochable et presque trop prévenant. Il aime mettre la main sur votre épaule ou vous taper dans le dos, et il irradie d’enthousiasme et de bonhomie. « Ça m’énerve lorsqu’on le dépeint comme un type larmoyant et pleurnichard, parce qu’il est vraiment, vraiment farfelu » déclare Simon Pegg, qui raconte que le chanteur a déjà débarqué chez lui avec ses sous-vêtements remontés jusqu’à la taille, comme Steve Urkel, « juste pour la rigolade ». Spirituel et autocritique, il peut parfois pousser l’humilité un peu trop loin: « c’est assez mignon, mais parfois on a juste envie de lui dire ‘Chris, ferme ta gueule et arrête de t’excuser’ » ajoute Pegg. « Gwyneth et moi avions l’habitude d’assister à des concerts du groupe, et parfois il commençait à jouer une chanson puis déclarait ’Désolé, mais on est obligé de la faire’. Avec Gwyneth, on se regardait, et on se disait ‘Mais putain, bien sûr que tu dois la jouer, tout le public a envie de l’entendre!’ ». D’un autre côté, Chris Martin est célèbre depuis plus d’une dizaine d’années, et les plus sceptiques pourraient penser que c’est plutôt malin de sa part de se construire une telle image. Par exemple, on peut noter son geste en apparence serviable d’utiliser son iPhone pour enregistrer notre interview sur la plage, au cas où le vent empêcherait le mien d’enregistrer correctement - il fera ensuite la même chose dans un restaurant, alors qu’on mangeait à l’intérieur.
Le chanteur lèverait les yeux devant tant de cynisme; à un moment donné, il donne 20$ à un musicien installé sur la plage, et lorsque je lui demande - en plaisantant à moitié - s’il aurait fait la même chose si je n’avais pas été là, il semble réellement vexé. « Ouais », répond-t-il sur un ton sarcastique, « si tu n’avais pas été là, je lui aurais donné un coup de poing au visage et je lui aurais volé sa guitare ».

Nous nous promenions depuis un bon moment lorsque j’aperçois par hasard une carte bancaire sur le sol. Quelqu’un venait sûrement de la faire tomber. « Briana », lit-il sur le devant de la carte. « Je ne pense pas avoir son numéro ». Il essaye de la trouver sur Twitter. « La pauvre », dit-il. « Elle ne l’a même pas signé. Que fait-on? ». Je suggère de garder la carte avec nous et de chercher cette personne sur Internet pendant notre déjeuner. Ses sourcils se froncent. « Restons ici une dizaine de minutes » répond-t-il. « Si elle revient, on aura illuminé sa journée. Et si elle ne revient pas, on fera comme tu as dit ».

Nous nous asseyons donc dans l’herbe et nous attendons. Pour passer le temps, le chanteur me raconte une blague. « Tu connais l’histoire de ce Musulman qui a perdu son portefeuille? ». Ce qu’il dit m’inquiète un peu, mais je suis curieux de savoir la suite. « Un mec l’a trouvé et le lui a rapporté, et le Musulman était si heureux qu’il lui a dit ‘Écoute, je vais te faire une faveur. Je te préviens: ne va pas à Glastonbury cette année.’ L’autre homme répondit ‘Ouah, merci, mais pourquoi?’. Et le Musulman lui dit: ‘Parce que Coldplay y donne un concert!’ ». Ensuite, nous avons commencé à parler de son réveillon du Jour de l’An.

Martin était en compagnie de célébrités qu’il ne souhaite pas nommer. « Mais environ une heure avant minuit » affirme-il, « je me sentais un peu anxieux. Quelqu’un m’a dit que lorsqu’on est anxieux, il faut écrire une liste de toutes ces choses qui nous font nous sentir reconnaissant. J’ai essayé, et c’était génial. Beaucoup de, comment dire… beaucoup de poètes antiques, de Soufistes et de Bouddhistes pensaient que revenir sur ces choses le plus souvent possible nous rend plus heureux. Et, si j’en crois mon expérience, ils avaient raison. Je me rends compte que, lorsque je me rappelle d’être reconnaissant pour tout ce que j’ai, ma vie me parait plus belle « . Je lui demande ce qu’il a mis dans sa liste. « Beaucoup de choses » répond-t-il. « Tout d’abord, rien que le fait d’être sur cette terre. Rien que ça, c’est incroyable, donc je l’ai placé en premier sur ma liste. Et puis, j’ai deux enfants que j’aime, et un super boulot. Je pense qu’on a tellement travaillé pour ce groupe que j’ai le droit de me sentir reconnaissant ». (« Il ne peut pas s’arrêter d’exprimer sa reconnaissance », se moque Simon Pegg. « C’est le mot qu’il utilise le plus en ce moment »).
Au final, 20 minutes se sont écoulées et Briana n’est jamais venue. « Il est temps de voir la vérité en face » dit Chris Martin. « Elle ne reviendra pas. As-tu lu En Attendant Godot? C’est exactement ce que nous faisons. Il faudrait quand même que nous allions déjeuner ».
Acceptant la défaite, nous retournons sur nos pas. Nous marchions depuis cinq minutes sur la baie lorsque nous croisons un homme d’âge moyen sur sa bicyclette. « Briana? » blague Martin. « Oui?»
Nous faisons volte-face. À quelques mètres de nous se tient une jeune fille d’une vingtaine d’années, vêtue d’un jogging, qui nous lance un regard plein d’espoir. Le chanteur en reste bouche bée. «Non, ce n’est pas possible ». « Avez-vous trouvé ma carte bancaire? » demande-t-elle. « Putain, c’est pas croyable! Vous êtes Briana? On vient juste de chercher votre nom sur Google! ». Il lui tend sa carte.
« Merci beaucoup! » dit-elle. « Oh, mon Dieu ». Elle sait peut-être qu’elle est en train de parler au leader de Coldplay, mais elle n’y fait aucune allusion.
« On a réussi! » s’exclame Martin, en me tapant dans la main. Il se tourne de nouveau vers Briana, l’air inquiet.
« Il faut la signer, vous savez ».
« Je sais » répond-t-elle honteusement. Le chanteur sourit. « Vous ne savez pas à quel point vous nous rendez heureux. Vous avez fait notre journée ». Il lui fait un câlin. « À plus, Briana ».
« À plus ». Elle le remercie encore une fois et repart courir. « Ouah », dit le chanteur. « Quelles étaient nos chances de la retrouver? » Je lui dit que, selon lui, nous avions eu l’air presque plus heureux la situation que l’avait été la jeune fille. « Nous étions beaucoup plus heureux! » répond-t-il. « Tu vois, comment peut-on dire que ce monde est dépourvu de magie? Il y en a partout! »
De retour à l’hôtel, nous prenons la direction du patio pour déjeuner. « Tu aimes les tacos au poisson? » me demande Martin. « Ceux d’ici sont les meilleurs ». Il a suivi un régime végétarien pendant des années, lorsqu’il était marié à Gwyneth Paltrow, mais ces temps-ci, sa devise est « Si Rocky le mange, alors je le mange aussi ». Alors que nous nous asseyons, un gérant récalcitrant s’approche pour nous dire qu’il est désolé, mais que le chanteur ne peut pas manger là sans porter de chaussures. Martin se dirige joyeusement vers sa voiture pour en enfiler une paire, et sur le chemin, il remarque que l’acteur Edward Norton est assis à la table d’à côté.
« Salut mec, comment vas-tu? » dit-il en lui tendant sa main. « Hé, salut! » dit Norton. « Je vais super bien. J’ai fait du surf ce matin. »
« Ah oui? Où ça? ». « Là, sur notre plage ». Le chanteur demande: « C’était comment? j’ai voulu essayer, mais il y avait beaucoup de vent ».
« C’était fantastique » affirme Norton. « Quelle chance », répond Martin. L’acteur continue: « Nous devrions sortir un de ces jours, si ça te dit ». « Bien sûr, cool ». Il revient s’asseoir à notre table et sourit. « C’est l’un de mes copains de surf ».

Martin plaisante: lui et Norton ne sont pas réellement les meilleurs amis du monde, mais, comme tous les gens célèbres, ils se connaissent « en quelque sorte ». Selon le chanteur, lorsqu’il n’était qu’un enfant vivant dans la campagne anglaise, il regardait des films Hollywoodiens comme Le Flic de Beverly Hills ou Swingers et il se disait « Mais comment les gens font pour aller là-bas? ». « En fait, dit-il, il suffit de savoir jouer quelques accords basiques ».

Martin a grandi dans le Devon, à Whitestone, une ville que son père se plait à appeler ‘l’orteil de l’Angleterre’. Phil Harvey, qui connait le chanteur depuis l’âge de 13 ans, décrit son ami comme « une sorte d’outsider », et, de manière diplomatique, « un garçon apprécié, mais qui n’était pas non plus populaire ». « Il était sportif, et il savait faire rire les gens » affirme Harvey , « mais il ne peut pas s’empêcher de montrer à tout le monde qu’il est vulnérable. Je pense qu’à cause de ça, il a souvent été la cible de personnes qui étaient, si on y repense, des connards ».
Martin a commencé à faire de la musique très jeune, jouant dans des groupes de reprises appelés les Rocklin’ Honkies (covers d’Otis Redding et de la Motown) et Bunga (covers de Jane’s Addiction et de titres grunge). « Je me rappelle d’une fois où nous avons joué ‘Been Caught Stealing’ » déclare Martin. « Et là, une fille de l’école d’à côté est venue me voir et m’a dit ’tu viens juste de gâcher ma chanson préférée’ ». Après des années d’internat, il a obtenu son diplôme en Histoire Antique dans une université Londonienne; en réalité, il avait choisi d’étudier là-bas pour faire de la musique.
C’est dans cette université qu’il a rencontré les futurs membres de Coldplay: le guitariste Jonny Buckland, le bassiste Guy Berryman et le batteur Will Champion. « Chris est comme le soleil d’un système solaire » déclare Harvey. « Il a simplement réussi à faire graviter les bonnes planètes autour de lui au bon moment ».

Simon Pegg, qui est le parrain de la fille de Chris Martin (et réciproquement), a rencontré le chanteur pour la première fois à un concert de Coldplay en 2000, juste après la sortie de leur premier album. « Nous étions à une soirée d’après-concert et il m’a dit ’Tu veux bien qu’on aille se promener?’ » raconte Pegg. « Nous avons donc marché jusqu’à un distributeur automatique, et il semblait vraiment paniquer à cause du tout nouveau succès du groupe. Je me rappelle l’avoir rassuré; je lui ai dit quelque chose comme ‘Ne t’inquiète pas, mec - tu vas voir, tout va bien se passer’».
À ce moment-là, le groupe ne se produisait que devant des publics plutôt réduits. Phil Harvey était leur manager, et lorsque les ventes de leur deuxième album, A Rush of Blood to the Head (2001) ont explosé, atteignant presque les 20 millions de copies vendues à travers le monde, Harvey est tombé malade et a dû quitter son poste pendant trois ans. « Et, alors que j’étais loin du groupe, Chris s’est marié avec Gwyneth et a fait deux enfants » dit Harvey. « Lorsque je suis revenu, je me rappelle surtout avoir été frappé par sa nouvelle manière d’être; il avait changé physiquement, et sa présence était plus remarquable. Il semblait se tenir différemment, ce qui était très positif. Il avait tout simplement l’air plus imposant. »

Néanmoins, Chris Martin, qui formait avec Gwyneth Paltrow un couple très célèbre, a dû se battre contre la curiosité du public. « Gwyneth était sous les feux des projecteurs depuis longtemps; par conséquent, elle parvenait à gérer la situation bien mieux que son mari » raconte Simon Pegg. « Je pense que tout cela dérangeait énormément Chris. C’était flatteur de voir tout le monde s’intéresser à eux - mais, en même temps, c’était très perturbant de voir certaines personnes raconter des inepties à leur sujet ou les suivre partout ».
Cependant, le chanteur semble dorénavant plus à l’aise face à ce statut exceptionnel. Le nouvel album du groupe inclut une collaboration avec leur amie Beyoncé (qui chante sur une chanson plutôt rythmée intitulée ‘Hymn for the Weekend’); on y retrouve également la voix du Président Obama, à travers un ‘Amazing Grace’ enregistré lors des funérailles du Révérant Clementa C Pinckney, que l’on peut entendre sur le titre ‘Kaleidoscope’.

Chris Martin ne veut pas révéler comment ils ont reçu l’autorisation d’utiliser cet enregistrement, à part leur fait qu’ils ont demandé à un ami de vanter les mérites du projet lors d’une visite à la Maison Blanche. Heureusement, Will Champion se montre plus bavard: « Ça aide vraiment d’avoir un grand ami de Bono au sein de son groupe », déclare-t-il. « Il peut tout faire. Il a le pouvoir de te dire: « tu veux une licorne? Je connais un gars qui peut t’aider ».
Chris Martin se sert également de sa célébrité pour soutenir des causes humanitaires, telles que la campagne d’Oxfam en faveur du Commerce Équitable (« Je crois que nous y avons participé, n’est-ce pas? » plaisante-t-il) et, plus récemment, il a apporté son aide au programme Global Citizen, qui vise à éradiquer la pauvreté. Il explique que le prix à payer en échange, c’est-à-dire les rumeurs et les potins, n’a aucune importance pour lui. « Je suis une célébrité pendant 2% de ma journée. » affirme le chanteur. « La plupart du temps, je suis juste un mec normal qui essaye de gérer la situation ».
Nous décidons de quitter les lieux. Alors que nous nous levons, Chris griffonne quelques mots et une silhouette le représentant au dos de la note du restaurant. « Hé, Ed » s’exclame-t-il, en glissant le papier vers Norton. « Je te donne mon adresse mail, si tu veux qu’on aille surfer ». « Oh, cool, à bientôt alors » lui répond Norton. Chris le salue une dernière fois, puis me quitte pour aller chercher ses enfants à l’école.

Deux jours plus tard, c’est le déluge à Los Angeles: la ville subit une averse très violente depuis plus de 24 heures. Des rochers et des arbres se sont abattus sur la route venteuse menant au studio de Malibu, (où Chris a réalisé le plus gros du travail pour l’album A Head Full of Dreams), et les canyons boueux sont recouverts de fines gouttelettes. Ces conditions météo pourraient rendre nostalgique n’importe quel britannique. Naturellement, le chanteur veut sortir se balader. « Le temps n’est pas si terrible » dit-il en enfilant un bonnet en laine et en boutonnant sa veste. « Dans quelques minutes, le soleil va réapparaître et le ciel sera magnifique ». Cela semble impossible, mais, au final, il avait raison. Alors que le ciel se dégage, nous nous dirigeons vers l’océan. Chris Martin, qui habite pas très loin, n’a pas passé beaucoup de temps dans le voisinage avant d’emménager, mais il a lu quelque part que Bob Dylan vivait dans le coin depuis longtemps. « Je le considère un peu comme le Père Noël. Je ne veux pas forcément l’apercevoir ou le rencontrer, mais c’est super de le savoir dans ce monde ». Nous croisons une Prius noire, et le chanteur la fixe intensément. « Je vérifie simplement. Parfois, ce sont des paparazzis ».

Martin s’est installé ici alors que sa vie était en pleine transition; lui et Paltrow avaient des problèmes de couple depuis plus d’un an. « Nous venions juste de terminer cette grande tournée des stades pour promouvoir l’album Mylo Xyloto (2011) » se rappelle le chanteur. « Lorsqu’on arrive au terme d’une telle tournée, on ressent un vide étrange. Pendant de longs mois, votre présence est requise tous les soirs, vous ressentez une énergie incroyable, et, tout à coup, plus rien. Vous devez faire face aux changements dans votre vie personnelle. Et là, plein de trucs étaient… enfin, n’étaient pas tels que je l’espérais ».

Il ne parle pas des temps qui ont suivis, mais ses amis révèlent qu’ils étaient plutôt sombres. Phil Harvey déclare: « Chris a traversé une période vraiment lugubre. Il souffrait et ne parvenait pas à apercevoir la lumière au bout du tunnel. Nous étions tous inquiets pour lui - les membres du groupe, sa famille ». « Inquiets à propos de quoi? », je demande. « Hé bien, sa sécurité? Lorsqu’un de vos amis se sent vraiment, vraiment mal et semble réellement seul, votre esprit s’imagine les pires scénarios possibles. Cette période de souffrance n’a pas duré une éternité, mais, à un certain moment, nous avions tous décidé de le surveiller régulièrement, pour s’assurer qu’il ne restait pas tout seul ».
« Lorsque Chris se sent bien, il se sent vraiment bien » ajoute Jonny Buckland. « Et lorsqu’il se sent mal, il se sent vraiment mal ». Chris Martin et Gwyneth Paltrow ont annoncé leur séparation en Mars 2014. Deux mois plus tard, le groupe Coldplay sortait son sixième album, Ghost Stories - qui se présente sans ambiguité comme le récit d’une séparation, dans lequel Martin apparaît comme un « être brisé ». Les meilleures chansons de Coldplay (‘Yellow’, ‘The Scientist’, ‘Viva la Vida’) laissent toutes transparaître une sorte de douleur inouïe, mélange de tragédie et d’un certain courage, mais Ghost Stories est abrupt et morne, rempli de nuages et dépourvu d’arc-en-ciel. Le groupe n’a pas fait beaucoup de promotion autour de ce disque, donnant seulement quelques concerts et n’accordant aucune interview. « Ça aurait été un peu rude » dit le chanteur. « Alors que nous venions de mettre fin à une relation célèbre aux yeux des gens, cet album était plutôt intime et triste. Nous n’avions pas besoin de faire plus de commentaires ». Martin pense qu’il y a deux moyens de gérer la fin d’un mariage. « Vous pouvez soit prendre tout cela de manière très agressive, en accusant l’autre de tous les maux, ou vous pouvez choisir de vous renfermer sur vous-même, en prenant ces paroles au pied de la lettre. Vous vous éloignez et vous évacuez tous les problèmes. Vous vous reconstruisez. »

Sa propre reconstruction s’est inspirée de deux oeuvres littéraires en particulier: le manifeste/mémoire de psychothérapie ‘Man’s for Meaning’ écrit par Viktor Frankl (un survivant de l’Holocauste adepte de la logothérapie), et ‘The Guest House: la Maison d’Hôtes’, du poète persan du 13ème siècle, Rûmî. Dans ce dernier, Rûmî compare l’esprit humain à une sorte de maison d’hôtes émotionnelle, qui se doit d’accueillir et de célébrer ses différents invités - la joie, la colère, la tristesse - car ils font de nous ce qui nous sommes (pour résumer, c’est une sorte de version soufiste du film Vice-Versa).
Martin avoue qu’il a vécu « une année de dépression » après sa rupture, mais maintenant, il considère « avoir les outils pour renverser la situation ». Le chanteur dit qu’il n’a pas passé beaucoup de temps à étudier le Soufisme ou tout autre tradition venue de l’Est. (« J’ai vu ce film de Kurt Russell, ‘Les Aventures de Jack Burton dans les Griffes du Mandarin’, est-ce que ça compte? »). Mais, selon lui, « Ce poème de Rumi bouleverse beaucoup de choses. Il dit que même si vous êtes malheureux, ce malheur est bon pour vous. Donc pour quelqu’un pour moi, qui avait l’habitude de passer du découragement et l’optimisme plusieurs fois par jour… j’en suis resté bouche bée. J’ai mis un an à le comprendre. Un an de dépression et tout ce qui s’en suit. Il m’arrive encore souvent de me réveiller d’humeur morose. Mais maintenant, j’ai l’impression qu’on m’a donné les outils pour me prendre en main ». À ce moment-là, Martin avait déjà imaginé une suite à son album, et il savait qu’il allait l’intituler ‘A Head Full of Dreams’ - un album pop intense, optimiste, rythmé et coloré. « C’est presque comme s’il avait planifié le moment où il sortirait la tête de l’eau », déclare Phil Harvey. « Je pense que, grâce à ça, il a pu envisager un retour à une vie plus heureuse ».

Jonny Buckland affirme qu’ils se sont sentis libre d’être plus optimistes, et d’avoir envie de danser. « Nous nous sommes détachés de notre mélancolie ». Pour superviser l’album, Coldplay a engagé Stargate, le duo de producteurs Norvégiens qui se cache derrière les tubes de Beyoncé, Rihanna et Katy Perry. Ils se sont rencontrés il y a quelques années, lorsque Martin a proposé une chanson intitulée ‘Hook Up’ à Beyoncé, et qu’ils se sont rendus en studio avec Stargate pour faire un test. (selon le chanteur, l’affaire n’a pas été conclue « mais tout s’est fait de la manière la plus agréable possible: elle m’a dit ‘je t’adore, vraiment, mais cette chanson est carrément nulle’ »).
Cependant, Martin aimait Stargate et ils se sont entendus, donc quand il a été temps d’enregistrer A Head Full Of Dreams, il a demandé séparément au duo Norvégien et au groupe s’ils pouvaient collaborer. Au début « tout le monde était très sceptique – moi y compris » dit Martin. (Buckland ajoute « Je pense que la section rythmique (aka Will) était encore plus sceptique. » D’après le batteur Champion, il s’agissait plus de curiosité.) Ils étaient tous soucieux de ce qui pourrait être appelé « l’effet Poochie » - « Hey, les jeunes, on vous met dans la même catégorie que Avicii et Selena Gomez ! » Au final, il suffisait juste de trouver un équilibre. « Il y avait des morceaux très très – trop pop qui nous faisaient dire ‘ C’est trop, nous sommes allés trop loin’ » dit Martin. « Puis ils avaient d’autres morceaux trop à l’opposé – où [Stargate] disaient ‘Non, c’est un peu trop triste’ ».

L’album a débuté en deuxième position. « Il était trop tôt pour dire si c’était un succès, » dit Martin. « Mais je savais que je l’aimais vraiment beaucoup.» Finalement, notre randonnée nous amène à Point Dume, une falaise escarpée surplombant le Pacifique. Cela correspond quasiment à la définition d’exposé au vent. «Regarde cet endroit épique ! » dit Martin enjambant une corde marquant la fin d'un sentier. « Sois prudent. Ne t’approche pas trop du bord. » Martin s’approche dangereusement du bord de la falaise. « Je veux te montrer ce que nous avons fait l’autre jour quand nous nous entrainions, » dit-il. Lentement, prudemment, il se met à quatre pattes, les doigts de pieds à quelques centimètres du vide. « Donc tu fais le poirier ici, ok ? » dit-il en se levant. « Et tu regardes en arrière » - il regarde l’océan entre ses jambes, la tête en bas. « tu ne peux pas voir la terre. Tu as l’impression de voler. »
Ce n’est qu’un changement de perspective « Essaie, » dit Martin. « C’est cool hein ? » J’essaye. Et oui c’est cool.

La nuit d’après, Martin sera dans le quartier Pacific Palisades, après avoir déposé Apple à son cours de théâtre. « Leur mère n’est pas en ville, donc je suis le papa qui patrouille, » dit-il. Il semble exténué. Il a passé la matinée à chaperonner le voyage dans un champ pour la mission San Gabriel de Moses. « C’était hilarant – six adultes, trois professeurs et 47 enfants de 9 ans, » dit-il. « Mes yeux sont fatigués. » Il a oublié d’emmener son déjeuner, donc il n’a pas vraiment mangé. « J’ai juste tout le respect du monde pour les enseignants, » dit-il. « Je leur dis, ‘comment vous faites ça ?’ » Martin part. « Viens, » appelle-t-il. « Il est temps de faire notre marche quotidienne. » Cela s’assombrit, et à un moment, nous marchons en ligne sur le côté boueux de Sunset Boulevard, criant sur les voitures et nous frayant un passage à travers la brousse et les branches des arbres pour éviter de se faire renverser. Je commence à me demander si les promenades ne sont pas un moyen pour Martin d’éviter autant les questions que les paparazzis. A l’époque où ils étaient mariés, Paltrow a dit une fois qu’elle « devait définitivement l’amadouer pour qu’il parle, » et je commence à comprendre ce qu’elle voulait dire. Finalement nous trouvons un Starbucks, et Martin s’assoit avec un chai latte au soja avec « Chris » griffonné sur la tasse. Je demande si on peut parler de son divorce. « Vas-y, » dit-il. « Cela fait longtemps, tu sais. » Je demande comment il pense qu’il a changé depuis la rupture. « Tu veux dire à part tout ce dont on a déjà parlé ? » dit-il, en riant. « C’est difficile à dire pour moi, parce que je traine beaucoup avec moi-même. Mais si je dois le faire, je dois dire que je me sens plus reconnaissant. Et peut-être un peu plus calme. »
Sur mon téléphone, je lui montre un clip stand up de Louis C.K. sur la routine du divorce. L’essentiel est, tu ne devrais pas te sentir désolé pour les gens qui divorcent parce que les choses doivent être vraiment mauvaises pour que ça arrive. Quand C.K. blague que tu ne devrais pas dire « Je suis désolé » à un nouveau divorcé parce que « tu les fais se sentir mal parce que tu es heureux, » Martin ri fort et longtemps. « Je pense que ce qu’il dit c’est que chaque chose a son temps, » dit Martin. « Mais il le dit avec un peu plus d’humour. »
Martin fait une pause. « C’est marrant, » dit-il. « Je ne pense pas souvent à ce mot – divorce. Je ne le vois pas de cette façon. Je le vois plus comme tu rencontres quelqu’un, vous passez du temps ensemble et les choses changent juste. » De l’extérieur du moins, lui et Paltrow sont tellement en bons termes qu’elle apparait sur le nouvel album de Coldplay, chantant sur une chanson appelée « Everglow. »

Martin a dit qu’il la voulait sur l’album car « cela montre cette chose dont elle et lui parlaient, à propos de rester amis, c’est vraiment réel. » Mais encore, dit-il, « Cette conversation semble plus pertinente, comme, il y a deux ans. Je comprends, je n’en n’ai pas vraiment parlé – je veux juste ne pas être irrespectueux avec n’importe qui qui entame une nouvelle relation. J’ai beaucoup vécu depuis. » Par exemple : Jennifer Lawrence. On rapporte que Martin et Lawrence étaient ensemble l’année dernière. Martin ne veut pas en discuter ou de toute autre supposée femme dans sa vie, il dit juste « si j’étais dans une autre relation – ce que je ne confirme or infirme – c’est surement avec quelqu’un de vraiment merveilleux et génial. Tout ça bien sûr, est spéculatif, » ajoute-t-il en insistant. « On ne pourrait pas le mettre sur un site de ragots. Je te le dis juste. » En tant que très célèbre, mais aussi très privé, auteur-compositeur, Martin est dans une place étrange. Il est inévitable que les gens vont analyser ses chansons pour avoir des indices sur sa vie amoureuse. Des paroles telles que « You make me feel like I’ alive again » (tu me fais sentir comme si j’étais à nouveau vivant) sur « Adventure of a Lifetime » ont suscité des rumeurs que c’est à propos de Lawrence. Martin dit qu’il ne va pas disséquer ses chansons, parce qu’il veut qu’elles soient « ce que les gens veulent qu’elles soient. » « Mais de toute cette spéculation, » admet-il, « une partie est probablement juste. S’il y a une chanson à propos d’une personne géniale qui te fait te sentir bien, vous êtes probablement proche de la vérité. »

Comme si tout ça n’était pas assez compréhensible, le nouvel album inclus aussi des chœurs de la supposée nouvelle petite amie de Martin, une actrice anglaise appelée Annabelle Wallis. Martin, bien sûr, est silencieux. « Juste parce que quelqu’un chante sur notre album ne veut pas dire que nous sommes mariés, » dit-il, légèrement piquant. Ce qui est totalement juste. Mais je suis un peu surpris qu’il l’ait mis sur l’album. N’invite-t-il pas à poser les questions auxquelles il ne veut pas répondre ?

A ce moment-là, Martin semble atteindre la limite pour discuter de ses relations. « Bon j’ai peut-être merdé, » dit Martin. « Qu’est-ce que j’aurais dû faire ? Devons-nous changer toutes les chansons ? » Je m’excuse, et lui dit que je trouvais cela juste curieux. « Non, c’est cool, » dit-il. « Cela m’intéresse aussi. Si votre vie est un peu publique…mais que tu sors de la musique très personnelle…mais que tu ne veux pas que ta vie personnelle soit publique… » Il rit. « C’est comme, ‘qu’est-ce que tu fais ici, fils ? » Pour un homme qui passe 10 ans dans un mariage médiatisé, Martin a vraiment fait un travail impressionnant en volant en dessous des radars des tabloïds. « Je n’ai été que dans deux relations – ou deux et demi, » dit-il. « Et ce n’était jamais ma décision de la rendre publique. » Il résume le mieux sa pensée dans une interview de 2011 avec Howard Stern, quand il a expliqué pourquoi il marche sur les tapis rouges avec son groupe mais pas Paltrow : « Notre groupe vend quelque chose… Gwyneth et moi n’avons rien à vendre. » Ce qui est noble et sans aucun doute vrai. Mais si tu cherches l’intimité, il doit y avoir de meilleures façons de faire que de sortir avec l’actrice la plus populaire du pays. » « Est-ce que tout n’est pas un plan secret pour me faire joindre Tinder ? » Martin demande, en riant. « Je vois où tu veux en venir avec ça. Mais c’est renier la réalité de qui tu rencontres. Beaucoup de gens qui sont comptables sortent avec d’autres gens qui sont dans la finance. » Et d’ailleurs, dit-il, tu ne choisis pas de qui tu tombes amoureux. « C’est le cœur du truc, n’est-ce pas ? » dit-il, puis sourit. « Laisse-moi délicieusement citer Selena Gomez et dire, ‘Le cœur veut ce qu’il veut,’ mon frère. »

A présent, la classe d’Apple se termine, donc nous rentrons pour que Martin puisse l’emmener à son cours de danse quelques miles plus loin. Entre, nous avons du temps à tuer, donc nous récupérons de la cuisine Thaï dans un café diététique pendant qu’Apple s’assoit à une table à coté pour faire ses devoirs sur son iPad. Martin demande qu’aucun détail de plus à propos d’Apple ne soit mentionné. Mais cela ne le dérangerait pas de dire ouvertement et fièrement combien il l’adore. Les deux enfants de Martin sont maintenant à un âge où ils commencent à poser des questions sérieuses à propos du monde. « Hier, Moses m’a demandé, ‘C’est quoi l’Holocauste ?’ » dit Martin. « Je me suis senti heureux de ne pas avoir expérimenté ce mot, mais écœuré d’avoir à lui dire. » Mais ils sont aussi à un âge où tu peux faire des trucs amusants avec eux. Comme il y a deux jours, il a emmené Moses à un match des Lakers – Warriors – fauteuils sur le terrain. « Je n’avais jamais été a un match des Lakers avant, » dit-il. « En parlant d’être reconnaissant. Mon fils adore Steph Curry, et il était là. » Jack Nicholson était là aussi, à deux sièges, séparé seulement par une jeune femme. « Je ne sais pas si elle était avec Moses ou Jack, » Martin plaisante. (En fait c’était la fille de Nicholson.)

Dans un développement particulièrement gratifiant pour Martin, les enfants et lui ont aussi commencé à faire de la musique ensemble. Apple apprend à jouer de la guitare, et tous les deux chantent sur le nouvel album. Parfois ils font des projets débiles à la maison, comme utiliser leurs casques pour créer leur propre fête silencieuse (silent disco), ou enregistrer leurs propres chansons effrayantes pour un labyrinthe d’Halloween qu’ils ont construit. « On a transposé les voix des enfants pour les rendre vraiment étranges, » dit Martin. « C’était effrayant ! »
Il est impressionné par leur manque de tribalisme à propos de musique, et il adore qu’ils leur présentent des nouveaux trucs – comme la chanson « Watch Me (Whip/Nae Nae) » de Silento. « Je ne suis pas sûr que je peux fouetter (=whip), mais je peux nae nae (non non) avec le meilleur d’entre eux, » dit Martin. Ils l’inspirent même à rendre sa musique meilleure. « Une partie de moi veut être sûr que le groupe est bon, juste pour ne pas les embarrasser à l’école, » dit-il. « Vraiment, je veux dire. Sérieusement. »
La plus grande partie de leur existence, Coldplay ont été un groupe dont on pouvait se moquer – l’encourageant même. Cela blessait Martin, beaucoup. « Cela m’a beaucoup dérouté pendant deux ans au milieu des années 2000, » dit-il. « Je me disais, ‘Pourquoi notre groupe est un échec ?’ » Même en décembre quand la NFL (National Football League) a annoncé qu’ils allaient jouer au Super Bowl, l’internet s’est enflammé avec des blagues sur des siestes pendant la mi-temps.

Martin le comprend. « Nous sommes une cible facile, » dit-il. « Il suffit de regarder les trucs que je t’ai dit. Quiconque dit, ‘Hey, pourquoi ne pas simplement bien nous entendre et nous aimer les uns les autres…’ C’est facile d’en dire du mal. »
Il dit qu’il avait l’habitude d’avoir une pensée binaire à propos du groupe : « Je pensais que tout le monde nous aimait ou tout le monde nous détestait. »
Mais maintenant, « Nous allons faire notre truc, » dit-il. « Si tu aimes bien, magnifique et si tu n’aimes pas, cela ne me dérange pas vraiment. Il y a tant d’autres choses que tu peux faire. Tu peux avoir une Playstation ! »
Ses acolytes l’ont remarqué aussi. « Son armure est beaucoup plus épaisse en quelque sorte, » dit Champion. « Je pense qu’il serait le premier à admettre qu’il a beaucoup travaillé sur ce point. » « Il traite avec les mauvaises choses mieux que jamais, » convient Buckland. « Quand il était plus jeune, il était très tendu et intense – mais je pense que quand tu passes par des périodes difficiles qui te détruisent, cela te rend meilleur en tant que personne. » Maintenant, « il dit juste ‘Tant pis. Ceci est où j’en suis,’ » dit Harvey. « Je pense que depuis 16 ans, il s’est libéré lui-même des chaines de se soucier de ce que les gens vont dire. »

Pour l’instant, toute son énergie anxieuse est seulement dirigée vers le Super Bowl dimanche. « En ce moment, je pense aux 12 minutes et demi en février, » dit-il. « Pour moi, c’est l’apogée de tout. » Beyoncé va se joindre à eux, avec Bruno Mars d’après certaines informations. Le plan est de les avoir tous les deux sur scène pour environ 4 minutes, avec le groupe jouant seul pour le reste.
La nuit dernière, Martin a révisé la partie du set de Coldplay pour un de leurs invités spéciaux. « Et à la fin de celui-ci, » dit-il, « ils ont dit – d’une façon surprise – ‘Oh. Vous avez des bonnes chansons.’ Je me suis dit, ‘Dieu merci !’ » dit-il, en éclatant de rire. « Bruce [Springsteen] joue pendant quatre heures, et nous poussons la barre des 10 minutes. Donc dit ce que tu penses de Coldplay. Mais après 15 ans nous avons huit minutes et demi que certaines personnes pourraient approuver. »

Merci à l'équipe de traduction.

Participez au sujet de discussion sur le forum

Dernière modification lesamedi, 20 février 2016 10:19
Coldplay12

Je m'appelle Lotfi et je suis un fan de Coldplay depuis quasiment le début, The Scientist est mon coup de cœur et Coldplay c'est ma vie.

Je suis le Responsable de Communications et Relations Publiques (ColdplayCorner.com), Administrateur du Forum et Newseur du site, ... et beaucoup d'autres choses.

E-mail Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.
Connectez-vous pour commenter

Connexion or S'enregistrer