GK Music State - шаблон joomla Новости
Connexion
 

Stade de France, Saint-Denis, Paris, France

15-juillet-2017-stade-de-france

Map/Carte

Setlist:

01. Intro (O Mio Babbino Caro - Maria Callas)
02. A Head Full of Dreams (long début avec le discours de Charlie Chaplin)
03. Yellow
04. Every Teardrop Is a Waterfall
05. The Scientist
06. God Put A Smile Upon Your Face (Oceans en intro)
07. Paradise (avec Tiësto remix en fin)

Scène B:
08. Always In My Head
09. Magic
10. Everglow (Version Single avec une vidéo hommage de Muhammad Ali)

Scène A:
11. Clocks (avec "Army Of One" au début)
12. Midnight (partiale)
13. Charlie Brown
14. Hymn for the Weekend
15. Fix You (avec "Midnight" au début)
16. Viva la Vida
17. Adventure of a Lifetime

Scène C:
18. Kaleidoscope (etendue)
19. In My Place (Acoustique)
20. Don't Panic (Will au chant - acoustique)
21. Us Against The World (Demande de Fan)

Scène A:
22. Something Just Like This
23. A Sky Full Of Stars
24. Up&Up

Fan Review

L'éveil des sens. 

Ce genre de journée que tu sais spéciale d'avance. Ce genre de journée dont tu sais que tu te rappelleras presque chaque minute, chaque détail. Que le moindre son, la moindre odeur, la moindre image enregistrée par ta matière grise pourra devenir une anecdote. Se souvenir de tes voisins de file d'attente, s'immiscer involontairement dans leurs conversations du fait de cette promiscuité, te donnant l'espace de quelques secondes la sensation de partager un petit bout de leur vie. Entendre les éclats de rire, la hâte que l'on devine au ton de la voix, l'inquiétude parfois : "j'espère qu'on sera bien placés !". Le bonheur au travers des voix mélodieuses, reprenant à tu tête le répertoire du groupe. Mémoriser ces milliers de visages autour de toi, le sourire durablement vissé sur ces derniers. Avancer pas à pas, passer petit à petit ces étapes de sécurité qui mènent lentement mais sûrement au volcan qui n'attend qu'une chose : entrer en éruption. Attraper ton Xyloband en cours de route et déjà savoir qu'il fera partie de ton trésor après cette soirée. Presser ton pas, accélérer la cadence de tes mouvements et l'intensité de ta respiration, le pouls battant dans tes tempes. Les poils qui se dressent et l'excitation qui monte d'un cran en découvrant l'antre et ce magma de corps bouillonnant de vie, de joie. Tu t'avances et te lance dans la traversée de cette masse brûlante, avec ce but de la solidifier davantage en trouvant TA place, quelque part ici, parmi toutes ces têtes. Pour ne faire qu'un. Et à nouveau, mémoriser tous ces visages, toutes ces voix. Te mettre à discuter avec tes voisins éphémères, ceux avec qui tu partageras cette soirée si spéciale. Des rires aux anecdotes, en passant par les moments d'observation, de silence, presque sacré. Le pied qui tape au sol, la main qui se balade sur le menton, le regard qui se perd à droite à gauche, de temps à autre un petit coup sur le smartphone ou la montre... Les mimiques traduisent  la fougue refoulée, dans l'attente d'être extériorisée. L'impatience guette et gagne les milliers de têtes blondes, brunes, rousses, grises, dégarnies, petites à grandes, juvéniles à ridées. L'attente de plus en plus lourde, pèsent sur nos épaules, et se voit matérialisée par une espèce de rythmique étrange gagnant nombre d'entre nous; ce assis-debout, cette gravité des masses, touchant terre pour mieux se relever vers le ciel.

Et enfin, les premiers grésillements des enceintes, les spots qui s'échauffent, les basses qui raisonnent dans les corps; le temps de la première partie où Lyves nous enivre, et Tove Lo qui nous dynamise. La foule compacte se met en chauffe, avant de bouillonner. Le magma commence à se soulever au travers de holas brûlantes, déferlant dans tout le stade. Les mains démangent et se mettent à claquer entre elles, tel un rituel vaudou pour appeler les quatre manitous tant désirés. Quand soudain, un énième décompte interminable se met en marche, électrisant les 80 000 âmes présentes. Et comme si l'appel divin avait été entendu, les toutes premières notes de "A Head Full of Dreams" font office de messager annonciateur du déluge de liesse à venir. Et tel le messie, Chris Martin, Jon Buckland, Guy Berryman et Will Champion déboulent sur cette immense esplanade éclatante de lumière et de couleurs. Et tel le messie, ils apportent avec eux ce message d'espoir, de joie, de positivisme. Un appel à la fête, à l'euphorie, au partage, à la communion. A la VIE. Dès lors, une frénésie absolue et inarrêtable prend possession de l'antre. La terre tremble, le ciel explose de couleurs : ça y est, le volcan entre en éruption pour 2 heures. Le magma se soulève, bouillonnant. Les quelques 80 000 âmes passionnées sont possédées, en furie, ne répondant qu'à l'appel des notes mélodieuses. Tel une véritable partition synchronisée, les corps déchaînés sautent à pieds joints, mains levées au ciel. Transpirants, pleurant, on se bouscule, parfois perd l'équilibre, se rattrape sur le pied du voisin, mais on s'en fou littéralement, enivrés par les airs du groupe et la voix de Chris. Tel une drogue dure, on se shoote, hystérique. La dose est extrême, emportés par la fièvre et l'effervescence de cette dernière qui te traverse tout le corps. On sait déjà que le manque sera terrible.
Entre succession de liesses et d'émotions, les quatre compères font vivre à la foule les montagnes russes. La pluie d'étoiles qui s'abat par moment vient se fixer dans nos 80 000 paires d'yeux, rougis, éblouis, humides. La chaleur humaine est à son paroxysme lors de Charlie Brown où Chris demande une communion parfaite, sans écrans polluants. Une symbiose intense, extrême, qui marquera chacun d'entre nous. Ce magma colorés de joie, de positivisme, de vie, que nous avons constitués et qui se répandra dans tout le pays une fois cet incroyable 15 Juillet terminé, contaminant chaque individu sur notre passage...
J+7 en ce jour. En effet, je le confirme la redescende est sévère, le manque terrible. Mélancolique, nostalgique, tel sont les effets de ce manque. Comme une droguée en crise, la sevrée est rude, et je cherche à m'alimenter par tous moyens. Supports vidéos, musicaux, photos, l'écriture... Cet exutoire.

De voir la frimousse de ces quatre-là en live faisait partie de la liste des choses indispensables à faire dans ma vie. Et d'avoir vécue cette expérience de malade avec vous tous... Je n'en suis toujours pas remise, perchée sur mon nuage à planer, du haut de mes souvenirs. Ce concert, un éveil des sens. Ce groupe, l'essence de 80 000 personnes et bien plus encore. Ces quatre bonhommes solaires qui t'irradie la face de bonheur et d'ondes positives... Je peux vous dire que j'ai pris un coup de soleil musical en ce 15/07. Non, une insolation ! Et j'attends la prochaine avec impatience.

Alice R.

Roadie#42 Blog

Vidéos

Galerie/Photos

Dernière modification levendredi, 04 août 2017 12:29

Connexion or S'enregistrer