GK Music State - шаблон joomla Новости
Connexion
 

Push Zone #23 Graham Candy

Push Zone
#23 Graham Candy

 

Site WebFacebook - Twitter - Youtube - Instagram

Message de Graham Candy pour la communauté ColdplayCorner.

VERSION ANGLAISE/ENGLISH VERSION

Le Néo-Zélandais Graham Candy a traversé 11 fuseaux horaires pour suivre son« Plan A » et venir faire de la musique à Berlin. Après une collaboration avec le DJ allemand Alle Farben (sur le tube estival « She Moves » atteignant plus de 170 000 ventes et devenu disque d’or en Allemagne), une tournée européennequi a réuni plus de 20 000 personnes, un EP « Holding Up Balloons » sorti l’année dernière et qui a généré à ce jour près de 10 millions de streams, Graham Candy revient avec un premier album « Plan A » dont il dévoile le single « Back Into It ».
Coproduite par Kenneth Harris, le chanteur et guitariste du groupe Panic! At The Disco, la chanson est un hymne au travail acharné, un brûlot d’énergie juvénile qui montre l’éventail de ses prouesses vocales androgynes aussi troublantes que poignantes.

Salut Graham et merci d’avoir accepté de faire cette interview avec nous.
- Tout d’abord, parlez-nous de vous, qui est Graham Candy ?
Je m’appelle Graham Candy, je chante et j’écris des chansons. Je viens de Nouvelle-Zélande et je vis à Berlin. J’adore manger toutes sortes de nourriture, surtout les pizzas !

Graham Candy 01

- Quand et comment vous êtes-vous retrouvé à faire de la musique ?
J’ai commencé ma dernière année d’école en écrivant ma première chanson pour une compétition d’école en Nouvelle-Zélande appelée « Play it strange ». J’ai écrit une chanson qui s’appelait « Lasts forever » pour ma toute première petite amie, j’étais ce genre de mec romantique ! Je suis entré dans le top 10 et une semaine après j’étais dans mon premier studio à Stebbing Studios.

- Vous avez une façon bien particulière d’écrire vos chansons, quels sont les sujets qui vous inspirent ?
Cela vient d’histoires réelles et d’émotions qui m’affectent directement. La musique est ma manière de sortir les choses que je ne dis pas vraiment dans la vie quotidienne ! C’est parfois dur d’être vulnérable avec ces paroles mais c’est là que je recueille mon plus grand pouvoir.

unspecified 3

- Musicalement parlant, votre univers est plutôt vaste, on retrouve de la pop, de l’électro et même de la dance, est-ce parce que vous vous cherchez toujours ? Ou est-ce un désir de couvrir le plus possible l’espace musical de votre empreinte vocale ?
Je suis toujours en recherche, en exploration, c’est ce qu’est un artiste curieux pour moi ! J’aime tellement de styles différents de l’opéra au hard core, à la techno allemande et ainsi de suite. C’est génial d’avoir la liberté et d’être capable de « jouer » au début de ma carrière. Mon empreinte vocale sera toujours là mais la voix est aussi quelque chose que je veux explorer.

- Vous êtes à l’origine un acteur, et vous avez d’ailleurs joué dans plusieurs films, pensez-vous que le milieu de la musique et celui du cinéma sont à l’opposé l’un de l’autre ou qu’au contraire ils se complètent ou se ressemblent ?
Je pense qu’ils sont cousins. Ils peuvent être utilisés efficacement ensemble. La musique est tellement efficace avec la comédie, cela donne du caractère à la musique. Mais, pour moi, jouer c’est s’échapper de mon monde pour jouer un rôle crée par quelqu’un d’autre, ce qui est génial mais la musique c’est moi, juste être moi et j’aime l’honnêteté dans cela et le fait que cela puisse être présenté si simplement.

unspecified 5

- Comme la plupart des artistes vous avez commencé dans un groupe, « The Lost Boys », avec lequel vous avez participé à un concours en Nouvelle-Zélande. Pensez-vous qu’il est préférable pour un artiste de débuter dans un groupe ?
Les deux je dirais ! Chacun a son propre chemin. C’était génial de commencer dans un groupe et apprendre à connaitre le travail de chacun et avoir leur contribution et style quand je créais ma musique. Etre en tournée avec un groupe est aussi super fun !!!

- Vous avez un timbre de voix qui est assez unique, et cela vous démarque des autres artistes. Comment ressentez-vous cette différence, comme une force ou une faiblesse qui vous pousse à aller de l’avant pour trouver une place dans l’industrie mondiale de la musique ?
Je vois ma propre voix comme une force, c’est le style que j’ai créé et c’est la meilleure façon pour moi de faire sortir les émotions et sentiments de mes paroles au travers de ma voix ! Je serre et resserre tout très loin. Je ne dirais pas que c’est essayer de trouver une place dans l’industrie de la musique, j’ai dû trouver un espace à l’intérieur de moi-même et c’était le plus difficile, être satisfait et assembler mon propre monde da la musique.

Graham Candy 03

- Originaire de Nouvelle-Zélande, vous avez rejoint Berlin en 2013. C’est là que votre vie a littéralement changé, pensez-vous que Berlin est ‘l’endroit’ ou il faut être pour lancer une carrière ? Pensez-vous que vous auriez pu réaliser toutes les choses que vous avez faites depuis votre arrivée à Berlin en restant en Nouvelle-Zélande ?
Eh bien Berlin est vraiment impressionnante je dois dire ! La Nouvelle-Zélande est seulement découverte grâce au streaming et internet. Mais l’industrie n’est pas assez grande ou forte pour soutenir un grand nombre de musiciens. Beaucoup vont en Australie, mais je pense que déménager en Europe est plus audacieux et fructueux. Je dirais que Berlin en ce moment grandit tellement vite et c’est l’endroit où il faut être. Paris est fantastique, Londres aussi ! Mais Berlin est toujours peu chère donc les artistes n’ont pas été poussés hors de la ville. Cela permet beaucoup de créativité ensemble et cela rend la chose assez intime !

Holding Up Ballons Single

- Parlez-nous de votre premier EP « Holding Up Balloons », comment et quand vous êtes-vous décidé à écrire ces quatre titres ? Quelle est l’histoire derrière cet EP ?
J’ai écrit ces chansons quand je suis arrivé à Berlin, l’EP est un aperçu de ma personnalité. J’avais mes premières bouffées d’amour à ce moment-là et voulais écrire les histoires à ce sujet ! « Holding Up Balloons » représente qui je suis, même si c’était une mauvaise situation et l’histoire de ma rupture il y a quand même un son joyeux. « Addictive personality » était ma chanson vulnérable montrant une autre partie de moi, peut-être pas le bon côté. « Don’t you worry » est la première chanson que j’ai écrite quand je suis venu à Berlin et je voulais mettre ce moment spécial sur mon premier EP. Nous avons mis tout ça ensemble pour me présenter au monde de la musique.

- Au cours de votre carrière vous avez joué dans des pubs et bars, depuis vous avez enchainé avec les festivals et autres évènements, vous faites des arénas, des stades aussi. Quel est à votre avis le meilleur et comment vous êtes-vous adapté au changement d’envergure et de public ?
Je pense que commencer dans les bars vous donne une grande confiance, vous devez faire avec les perturbateurs, les gens saouls et beaucoup d’autres qui ne veulent pas entendre un mec chanter avec une voix bizarre pendant qu’ils boivent une bière. Donc aller dans les festivals et les stades où les gens aiment la musique était génial, presque irréel tellement que vous devez faire un pas en arrière pour l’assimiler. Personnellement j’aime tout ! Mais un show plus intime avec moi et une guitare acoustique peut être vraiment spécial, tu peux voir chaque visage et faire une bonne fête !

Graham Candy JustMusic.fr - Vous faites actuellement la promo de votre premier album « Plan A », parlez-nous de ce dernier, quelle est l’histoire de cet album et comment avez-vous choisi le nom ?
L’histoire à propos de « Plan A » vient de quand j’ai pris une guitare et écrit une chanson à la fac Rangitoto. Je séchais tous mes cours, science, maths et anglais pour faire de l’art et de la musique. Quand j’ai été appelé dans le bureau du principal pensant que j’allais me faire expulser il m’a demandé pourquoi je n’allais pas en cours et j’ai dit « Cela ne va pas m’aider avec mon futur » (j’étais un petit insolent). Ce à quoi il a répondu « Mais tu vas en avoir besoin au cas où tu aurais besoin d’un plan de secours » et j’ai dit « Je n’ai pas besoin d’un plan B, parce que je vais faire mon plan A ». Au lieu de m’exclure, ils m’ont envoyé dans une école d’arts à New York, ce qui m’a montré qu’avec de la persévérance tu peux réussir ce que tu envisages. Nous avons enregistré la chorale de l’école de mon école dans nos studios à Berlin et c’est incroyable. J’ai intitulé l’EP « Plan A » pour dire merci à certaines personnes et un petit « Va te faire voir » à d’autres.

- Que ce soit en studio ou en live, votre son est quasiment le même. C’est un résultat que la plupart des artistes veulent avoir, est-ce naturel ou travaillé ?
Eh bien nous travaillons vraiment pour avoir le même son, cela devient difficile avec moi et trois personnes dans le même groupe qui essaye de faire une production live avec pleins d’élément y compris dont un refrain de chorale. Donc nous avons a élaboré des choses mais c’est ce qui rend le truc fun !

Graham Candy voce da spot

- Vous avez aussi une manière bien particulière d’être sur scène, vous dansez et vous dégagez une énergie qui de par votre enthousiasme déteint sur le public et le résultat est juste incroyable, c’est vraiment un régal de vous voir sur scène. Est-ce pour vous une nécessité d’être aussi performant et proche des gens qui viennent vous voir, ou est-ce juste un costume que vous endossez le temps d’un concert ?
Merci !! Haha non c’est seulement moi ! J’adore danser, j’aime que les gens s’impliquent et me connecter au public, c’est juste simplement pur ! Je peux me laisser aller !

- Quels genre de musique écoutez-vous, que pouvons-nous trouver sur votre étagère à musique ?
J’écoute beaucoup de chanteurs pop électro dépouillés comme James Bay, Bahamas, Läpsley, Bob Moses, Flume, Foals…

- Quel est votre coup de cœur musical de cette année, que conseilleriez-vous aux lecteurs de cet entrevue ?
Jetez un œil à Allan Rayman et Mura Masa.

- En dehors de la musique, quels sont vos autres centres d’intérêts?
J’adore nager, boire une bière et aller aux concerts !

- Parlons Coldplay maintenant, avez-vous déjà assisté à un de leur concert ? Et pouvez-vous aussi nous dire le titre de votre chanson préféré de Coldplay?
Ca a toujours été un de mes rêves ! Ils ont fait un concert en Nouvelle-Zélande avec Temper Trap en première partie et j’étais tellement contrarié de ne pas pouvoir y aller ! J’espère un jour bientôt ! J’adore le classique « Yellow » !!!

- Que pensez-vous de notre projet «Push Zone» dont vous faites l’objet avec cette interview ?
C’est le top ! Connecter tout le monde grâce à leur amour et passion !


ENGLISH VERSION

Message from Graham Candy to the ColdplayCorner community.

Graham Candy (born 1 April 1991 in Auckland, NZ), is a singer-songwriter and actor from New Zealand. In 2013 he moved to Berlin to begin his music career.
Candy’s first collaboration with German DJ and producer Alle Farben, "She Moves" (2014), gained him quick popularity with his quirky, high-range vocals, as well as his first gold single. He is currently signed with BMG Rights Management and the Berlin-based label Crazy Planet Records. In 2013, Candy also made his feature-film debut with a lead role in Queen of Carthage (released Fall, 2014), alongside Keisha Castle-Hughes and Shiloh Fernandez.

Hi Graham, and thank you for accepting to talk to us.
- Firstly, can you present yourself?
My name is Graham Candy, I’m a singer/songwriter from New Zealand Living in Berlin and I like to eat lots of food, especially pizza!

Graham Candy 01

- How and when did you start doing music?
I started at my last year of school writing my first song for a New Zealand school songwriting competition called ‘Play it Strange’. Wrote a song called “
‘Lasts Forever’ for my first ever girlfriend, I was always kind of the romantic type! I got into the top ten and one week later I was in my first studio at Stebbing studios.

- You have a special way of writing, where does the inspiration come from?
It comes from real stories and emotions that affect me directly. Music is my way of getting out the things I don’t necessarily say in day to day life! It sometimes is hard to be vulnerable with these lyrics but that’s where I gather my most power.

unspecified 3

- Your musical universe is quite large, pop, electro and even dance music, is it because you’re still in search pf your own style? Or is it a desire to cover your vocal print?
I’m always searching, always exploring, to me that is what a curious artist does! I love so many different styles of music ranging from Opera to Hard core German Techno and so on! It’s great that I have the freedom to be able to have a ‘play’ at the beggining of my career. My vocal print will always be there but also the voice is something I want to explore too :)

- You’re originally an actor, and you acted in several movies, do you think the worlds of music and cinema are opposite, complete each other or are similar?
I think they are cousins. They can be used effectively together. Music is such an effective form with acting, and so is having some character in one’s music.
But, for myself, acting is escaping my own world to play the part of another’s creation, which is great but music is me, just being me and I love the honesty in that and the fact it can be presented so bare.

unspecified 5

- Like most of artists, you started in a band called ‘The Lost Boys’, with whom you did a competition in New Zealand. Do you think it is preferable for an artist to start with a band?
Each to their own I would say! Everyone has their own journey. It was great to start in a band and get to know how others work and have their input and style when creating my music. Also being on tour with a band is just so flipping fun!!

- You have a voice’s tone quite unique, and that differentiate you from other artists. How do you feel this difference, as a strength or a weakness that pushes you to move forward and find a space in the musical industry?
I see my own voice as strength, this was the style I created and is the best way I can get out the emotion and feeling of my lyrics through my voice! I tighten everything up and clench till the hills and back. I wouldn’t say it’s trying to find a space in the music industry, I had to find a space within myself that I felt most challenged, satisfied and put together in my own music world.

Graham Candy 03

- You’re from New Zealand, and you moved to Berlin in 2013. This is where your life has changed, do you think Berlin is ‘the place to be’ to launch a career? Do you think you could have done the same staying in New Zealand?
Well Berlin is pretty darn awesome I have to say! New Zealand these days is just getting discovered through the grace of streaming and the internet. But the industry isn’t big enough or strong enough to support a big number of musicians. Many head to Australia, but I think the move to Europe is more daring and fruitful. I would say Berlin at the moment is growing so fast and it is “A” place to be. Paris is amazing, so is London! But Berlin is still cheap enough that the artists haven’t been pushed out of the inner city. Keeping lots of creativity together and making it feel pretty intimate!

Holding Up Ballons Single

- Tell us about your first EP ‘Holding Up Balloons’, how and when did you write these songs? What’s the story behind this EP?
I wrote these songs when I first came to Berlin, the EP is a taste of my personality. I had had my first whiffs of love by then and wanted to write the stories about it! Holding up balloons represents who I am, although a shitty situation and story of my breakup it still has a happy sound to it. ‘Addictive personality’ was my vulnerable song showing yet another part of me, maybe not the good side ;) ‘Don’t you worry’ was the first song I wrote when I came to Berlin and wanted to have that special moment put on my first EP. We put these together to introduce myself to the music world :)

- You played in pubs and bars throughout your career, since you’ve done festivals and other events, arenas, stadiums too. What is the best and how did you adapt to change of audience?
I think starting in pubs gets your confidence strong, you have to deal with hecklers, drunk people and lots of them who don’t want to hear some guy sing with a weird voice while they have a pint of beer. So heading to the festivals of music lovers and stadiums of lovely supporters was amazing, almost unreal that you need to take a step back to take it all in. Personally I love it all! But a more intimate show with me and an acoustic guitar can be very special, you can take each face in through a gig and have a good old fashioned party!

Graham Candy JustMusic.fr - You are currently promoting your debut album ‘Plan A’, can you tell us about it, what’s the story behind it and how did you choose the title?
The story about ‘Plan A’ came from where I first picked up a guitar and wrote a song, Rangitoto College. I was skipping all my classes, science, maths and English to do performing arts and music. When I was called to the principal’s office thinking I was going to get expelled he asked why I wasn’t going and I said ‘They aren’t going to help me in my future’ (I was a little cheeky rascal). Which he replied ‘But you’ll need them in case you need a backup plan’ and I said ‘I don’t need a plan B, because I am going to do my Plan A’. They instead of expelling me, sent me to a performing arts school in New York, this first showed me with persistence and not looking sideways you can achieve what you envision. We recorded the school choir from my school in our Berlin studios and it’s incredible. I titled it ‘Plan A’ to say thank you to some people and a little ‘fuck you’ to some others ;)

- Whether in studio or live, your sound is almost the same. It is the most wanted result for artists, is it natural or elaborated?
Well we definitely work on getting the same sound, it gets a little hard with me and three guys in the band to try make a live a production that’s full of many many elements including a choir driven chorus’s. So we do have to elaborate things but that’s what all part of the fun is!!

Graham Candy voce da spot

- You also have a particular way of acting on stage, you dance and you release an energy that has influence on the audience, and the result is amazing, it is a pleasure to see you on stage. Is it for you a need to be as efficient and close to the audience, or is it a costume that you put on the time of the gig?
Thank you!!! Haha no that’s just me! I love to dance, I like to get other people involved and connect to the audience, it’s just pretty straight up! I can let myself go! whoop whoop

- What kind of music are you listening to?
I listen to quite a lot of stripped back electronic pop and singer songwriters like James Bay, Bahamas, Läpsley, Bob Moses, Flume, Foals…

- Do you have a musical recommendation for our readers?
Check out Allan Rayman and Mura Masa.

- Apart from music, what are your other interests?
I love to swim, have a beer and go see live shows!

- Have you ever been to a Coldplay concert? What is your favourite Coldplay song?
It has always been a dream of mine! They did a show in New Zealand with Temper trap opening and I was so upset I couldn’t go! I hope one day soon! I love the classic ‘Yellow’!!!

- What do you think about our PushZone project?
It’s just super-duper! Connects everyone through their love and passion!

- Thank you so much for having taken the time to talk to us and tell us your story. We wish you a lot of success and a long and great career. We are glad to count you in our numerous interviews to introduce new artists to the French speaking Coldplay fans.

Dernière modification levendredi, 29 juillet 2016 15:18

Connexion or S'enregistrer