GK Music State - шаблон joomla Новости
Connexion
 

Push Zone #5 The Popopopops

Push Zone
#5 The Popopopops

Site Web - Facebook - Twitter - Soundcloud - Youtube

Le 25 Mars 2013 sort "Swell" de The Popopopops , un premier album puissant, dense et maîtrisé. Le groupe a travaillé sans relâche la richesse des compositions, la puissance des mélodies. Cette capacité à explorer différents univers fait l'essence de leur live. L'énergie, la virtuosité et la générosité du groupe en font une expérience scénique rare saluée par la critique.
"Il y a une touche de NTM chez les Rennais The Popopopops. Dans le nom déjà, une référence au refrain de Seine-Saint-Denis Styie. Dans Text Me Call Me ensuite, étonnant morceau tiré de leur premier album, Swell, sur lequel un flow brut se fond dans une mélodie pop-rock. Un mélange des genres qui fait l'essence de leur concert. Flirtant avec les jouissives expérimentations r'n'b de N.E.R.D., empruntant autant au rock tortueux de Foals qu'à la mystérieuse galaxie Late Of The Pier, les Bretons déroulent des chansons-tiroirs et s'essaient à la voltige musicale avec une franchise désarmante" LES INROCKS
the-popops

Message de Victor aux Fans de Coldplay!!

Tout d’abord bonjour, et merci d’avoir accepté de faire cette interview avec nous et d’être sur notre projet « Push Zone ».
- Maintenant parlez-nous de la formation du groupe, comment vous êtes-vous retrouvés tous ensemble et à quel moment vous êtes-vous dit « on va former un groupe » ?
Et bien, nous nous sommes tous rencontrés au lycée comme beaucoup d'autres groupes. Nous avions vraiment envie de jouer le plus possible, on a donc écumé les bars et les petits clubs de Rennes avant d'être propulsé aux Transmusicales, qui est un très gros festival rennais. Pour nous, ça a été comme un déclic, on voulait voir jusqu'où on pouvait aller. Après 6 ans d'existence, on se pose toujours la même question, c'est une vraie aventure.
 
- Pourquoi  ‘The Popopopops’, aviez-vous d’autres options pour le nom, et si oui lesquelles ?
Pour ce qui est du nom, nous n'avons jamais réfléchi à d'autres options, c'était très instinctif en fait. On écoutait tous NTM à l'époque et l'idée de se servir d'une référence de rap pour monter un groupe de Rock nous a plus. Depuis, on continue de jouer avec les différents styles de musiques que l'on aime et on s'amuse à aller là ou on ne nous attend pas.
 
- Pourquoi chanter en anglais et non pas en français ? Etes-vous plus à l’aise dans la langue de Shakespeare ? Ecrirez-vous un jour des chansons en français ?
Nous allons peut-être vous décevoir, mais nous n'écrirons pas de chanson en français. L'âme du projet a toujours été tournée vers les États-Unis et l'Angleterre. Cela ne serait pas nous. Je suis moi-même parti plusieurs mois à Londres et à Dublin. Quant à Simon qui écrit la grande partie de nos textes, il a vécu un an aux États-Unis, dans le Michigan.
 
- Comment se sont déroulées l’écriture et la composition de vos premières chansons ? Et qui de vous quatre écrit les chansons ?
L'album a été composé et écrit avec Simon, nous le jouons ensuite avec Vincent et Guillaume. Ils donnent leurs avis et si la composition ne leur plait pas, nous la changeons ensemble. C'est pour cela que nous restons et resterons toujours un groupe, il y'a une vraie démocratie.
 
- D’où tirez-vous les sujets abordés dans vos chansons, de votre vécu ?
Ce sont très souvent des choses que l'on a vécu. Nous aimons partager notre point de vue sur la musique, sur les relations amoureuses ou sur notre sexualité dans nos textes. Nous n'avons pas peur d'aborder des sujets très intimes, au contraire, je pense que c'est grace à cela, que nous vibrons suffisamment. Par exemple, My Mind Is Old parle d'amitié. A l'époque, nos amis rentraient à la faculté et nous en tournée. On avait de plus en plus de mal à se comprendre à se parler et cela nous est arrivé de nous sentir très seul.
 
- Quelles sont vos influences principales ?
Nous avons tous des influences bien à nous. J'ai voulu faire de la musique en jouant du blues et en adulant les chanteurs de Soul et de Funk. Simon vient du Jazz, il aime beaucoup Frank Zappa et le Hip-hop. Guillaume est peut-être plus éléctro, il apporte le côté dansant du groupe, il aime beaucoup New Order, Lcd Soundsytem, Hot chip. Quant à Vincent, c'est un peu le stoner du groupe, il apporte un côté plus rock. Par exemple, il est fan des Queen of The Stone Age ou de Pink Floyd. C'est un geek des guitares.
thepopopopops-965x1024 the-popops

- Vous êtes originaires de Rennes « la ville du rock et de la pop » en France, cela  vous a-t’il aidé ?
Cela nous a beaucoup aidé d'être à Rennes, c'est une ville qui suit de près ces groupes et qui nous a très vite soutenu.
 
- Vous êtes un groupe avec une sonorité Pop,  pensez-vous que vous pouvez être aussi bons sur un autre registre ?
Ce serait trop prétentieux de penser déjà à être meilleur dans un autre style. Contentons-nous de bien faire notre travail, ce sera déjà ça.
m 166-The-Popopopops-A-Quick-Remedy- Maintenant parlons de votre premier EP ‘A Quick Remedy’, pourquoi ce nom ?
Tout est dans le paradoxe, le groupe existait depuis 4 ans sans n'avoir jamais rien sorti. On voulait frapper fort et revenir avec un "Quick Remedy". C'est aussi une référence à notre titre "R'n'r" qui est très représentatif de ce que l'on veut faire dans la musique aujourd'hui.
 
- A quel moment vous êtes-vous décidés à vous lancer dans l’enregistrement de cet EP ?
C'était il y a 2 ans après une longue tournée un peu partout dans le monde. ( Montréal, Moscou, Barcelone, Hambourg, Amsterdam, Quimper) On a vécu pleins de choses et on se sentait enfin prêt à rentrer en studio. On savait où on voulait aller. Cela a été très long, car nous écoutons tous de la musique très différente et il y a peu de groupes qui nous mettent d'accord.
zrp logo- Vous avez été les premiers artistes à signer chez le label ZRP, comment vous ont-ils choisi ?
Ce label est incroyable et nous aide beaucoup. Nous avons signé avec eux après qu'ils nous aient vu plusieurs fois en concert à Paris, je pense que c'est le live qui a toujours été le plus convaincant et qui continue à nous faire avancé, à nous faire connaître.
swell-300x300- Parlons de votre Album ‘Swell’, pourquoi ce nom ?
Swell reflète notre univers, c'est un mot avec beaucoup de définitions et comme nous le disons souvent, nous préférons laisser l'auditeur se faire sa propre interprétation et choisir sa définition. ( Dans le livret, nous avons mis les définitions du mot Swell sur chacun des titres de l'album, à vous de choisir)
 
- Racontez-nous l’histoire derrière cet album, qu’est-ce qu’il raconte ?
Nous nous sommes efforcés de raconter notre histoire, ce qui n'a pas été de tout repos. Le groupe existe depuis 6 ans et nous avions beaucoup de choses à vous dire.

- Dans le Booklet de votre album on aperçoit dans les remerciements 3 noms de groupes français Pony Pony Run Run, Skip The Use et Juveniles, parlez-nous de la nature de ces relations ?
Ce sont trois groupes avec qui on s'entend très bien. On a beaucoup tourné ensemble et cela nous paraissait évident de les mettre dans les remerciements.
www Pony-Pony-Run-Run skip-the-use visuel juveniles 2
- Pour vous quel est le plus grand festival où vous aimeriez jouer et pourquoi ?
Personnellement, j'adorerais jouer à Glastonbury. Ce serait comme une forme de consécration ultime. Après ça, tu peux mourir tranquille.
 
- Pensez-vous que ces passages en festivals vous sont bénéfiques ? De côtoyer d’autres groupes et artistes qui ont déjà fait leur preuves sur les scènes musicales françaises et internationales ?
Nous sommes persuadés que c'est toujours bénéfique de faire des concerts. C'est vraiment l'âme du groupe et c'est que nous aimons le plus dans notre travail. Ensuite, c'est toujours rassurant de voir que l'on n'est pas seul à se battre pour vivre de notre passion. Il y a aussi un peu de compétition, mais jamais rien de grave.
 
- Des projets pour la suite ?
Nous continuions toujours d'écrire et de composer, nous avons la chance d'être très prolifique.
 
- Quel a été votre Meilleur concert en tant qu’artistes et en tant que spectateurs ?
En tant qu'artistes, c'est dur de choisir... Récemment les premières parties des Skip The Use étaient assez incroyables. Particulièrement à L'Olympia, il y a quelque chose de surréaliste de pouvoir jouer dans des lieux pareils.
En tant que spectateur, le live de James Blake m'a vraiment bluffé, une telle présence alors que l'on a le même âge. Pour ceux qui ne connaissent pas, allez l'écouter, ça vaut le détour.
 
- Parlons Coldplay maintenant, avez-vous déjà assisté à un de leur concert ? Et pouvez-vous aussi nous dire chacun le titre de votre chanson préféré de Coldplay.
Je ne suis jamais aller voir Coldplay malheureusement...  J'adore le titre Yellow, voir ce titre en live doit être monstrueux.
 
- Connaissez-vous déjà ColdplayCorner ?
On a découvert Coldplay Corner depuis peu, Nous serions très émus à la place de Coldplay même si je me doute bien qu'ils doivent avoir l'habitude.
 
- Que pensez-vous de notre projet « Push Zone » dont vous faites l’objet avec cette interview ?
C'est une super initiative.
 
- Pour finir merci énormément d’avoir pris le temps de nous parler et de nous raconter votre histoire, j’étais vraiment heureux de vous poser ces quelques questions et en mon nom et celui de toute l’équipe du site je vous souhaite de la réussite et une longue et grande carrière. Nous sommes heureux de vous avoir parmi nos nombreuses interviews et de notre projet de présentation de nouveaux groupes aux fans francophones de Coldplay.
Simplement, un grand merci d'avoir pensé à nous pour PushZone !  En espérant se croiser sur la route.

 

Dernière modification ledimanche, 06 décembre 2015 12:25

Connexion or S'enregistrer