GK Music State - шаблон joomla Новости
Connexion
 

Push Zone #2 Corson

Push Zone
#2 Corson

Site Web SVM - Facebook - Twitter - Youtube

Son nom est Corson (prononcez « Corsonne »). Et si personne ne le connaît encore, comment croire que cet anonymat puisse longtemps résister à la sensation que ne manquera pas de susciter la voix exceptionnelle de ce chanteur français ? Une voix qui sort de l’ordinaire puisqu’elle fait cohabiter deux formes de chants aux identités distinctes jugées le plus souvent incompatibles. L’un, pop rock, se situe dans le sillage d’un courant anglo-saxon d’où émergèrent aussi bien Sting et Bono que David Gahan de Depeche Mode. L’autre relève de la plus pure tradition des chanteurs lyriques et s’inscrit plus spécifiquement dans le registre des ténors légers.
utf-8 27 270684 festival saveurs 2013 Corson-2

Message de Corson aux Fans de Coldplay!!

Tout d’abord bonjour, et merci d’avoir accepté de faire cette interview avec nous.
En tout premier lieu pouvez-vous nous faire une petite présentation de ‘Corson’, qui êtes-vous?
Je suis un auteur compositeur qui fait de la pop en anglais.
 
- Racontez-nous vos débuts, quand et comment vous êtes-vous retrouvé à écrire composer de la musique?
Quand j'ai commencé le solfège et le piano à 8 ans, la compo m'est venue naturellement, je passais plus de temps à inventer des chansons et des mélodies qu'à réviser mes classiques.
 
- Ces débuts étaient-ils difficiles ?
Le Solfège oui, c'était rébarbatif mais après c'était du pur plaisir, je ne savais pas ce que je faisais, je kiffais dans ma chambre avec mon piano pendant que mes potes jouaient au foot.
 
- Pourquoi « Corson », et aviez-vous d'autres options pour votre nom de scène?
Je voulais un nom qui puisse sonner en anglais et qui avait une forte signification. J'ai pris la contraction du nom et du prénom de ma mère, (le SON c'est pour Sonia) je l'ai perdu à l'âge de 19 ans, c'est elle qui m'a donné le goût des arts et de la musique en particulier. Ce projet lui est dédié
 
- Vous êtes méconnu du grand public, mais vous commencez à vous faire connaitre notamment grâce à internet, un commentaire sur cela?
Quand mon producteur et moi avons commencé à entreprendre ce projet et la réalisation du premier EP et du clip, on avait peu de moyens et quand il a fallu faire la promo, on s'est débrouillé comme on a pu et la ferveur du premier single "we'll comme again" est venue des gens et des programmateurs radio qui ont découvert le clip et le titre
we'll comme again
sur le net, c'est de là que tout est parti.

- Comment se sont déroulées l’écriture et la composition de vos premières chansons ?
Ca fait un bail que je compose mais je pense que j'ai trouvé vraiment mon univers musical il y a 3, 4 ans, la plupart des titres je les ai composé dans ma chambre à Paris sur mon piano ou ma guitare.
 
- Maintenant parlez-nous de vos influences, quels sont les artistes ou groupes qui vous inspirent?
Le groupe qui m'a le plus inspiré et qui m'a donné envie de faire ce métier est U2, quand j'ai découvert leur musique grâce à Sunday Bloody Sunday, ça a été une révélation. J'ai eu ma période Nirvana aussi à l'adolescence, j'aime le rock en général mais j'écoute de tout. Je suis fan aussi de Stereophonics, Starsailor, Tom Mac Rae, Kings of Leon et mes derniers coups de coeur: Foals, Half Moon run que j'ai découvert en première partie de Patrick Watson au Trianon.

- Vous avez un BTS en commerce international et aviez un travail au Luxembourg,  pourquoi avoir tout plaqué pour vous lancer dans la musique ?
Quand je rentrais de la banque, j'enlevais ma cravate dès que je sortais du bureau, je ne me sentais pas du tout à ma place, le jour où la banque m'a proposé un CDI j'ai flippé et je suis parti à Paris pour essayer de vivre de la musique.
 
- D’un point de vue artistique, vivre à paris est-il bénéfique ou non ?
Bien sûr, à Paris on peut voir plein de choses, voir des concerts, rencontrer d'autres artistes, faire des rencontres qui peuvent changer le cours d'une vie, je ne dis pas qu'il faut être à Paris pour réussir, mais pour ma part j'avais besoin de changer d'air et de ville pour commencer une autre vie.
 
- Racontez-nous l’histoire de votre prochain album, quelle est la base, l'histoire derrière cet album?
Pour cet album, j'ai surtout eu la chance d'avoir eu la possibilité de m'exprimer à fond. Mon producteur et ma maison de disque m'ont laissé carte blanche, j'ai pu écrire et réaliser avec Brice Davoli et François Maxime Boutault les titres qui étaient ancrés depuis longtemps au plus profond de moi. On a eu la chance d'avoir l'orchestre de Budapest et ses 45 cordes sur la plupart des titres, le bonheur.
 
- Quels sont les thèmes abordés dans les chansons de ce prochain album ?
Je parle de la vie, de la mort et des êtres chers qui ne sont plus là mais qui veillent sur moi, la quête de l'éternel, l'amour à l'état pur qui peut vite basculer, en général de l'équilibre instable des sentiments, de mes côtés sombres et joyeux. C'est un album épique, qui passe par plusieurs états, les titres ne se ressemblent pas mais me ressemblent tous.
 
- Durant nos recherches nous avons trouvé une interview où vous dites de vos textes "ils sont assez noirs, mais ils sont aussi pleins d'espoir", vous pouvez nous expliquer cela?
C'est vrai, le thème de la mort revient pas mal mais il y a toujours une lueur d'espoir dans chaque titre, à mon image, j'ai souvent besoin de toucher le fond pour rebondir, le sentiment de mélancolie ou de peine n'est pas négatif, au contraire ils m'aident à avancer.
 
- Votre prochain album a-t-il déjà un nom? Et sera-t-il entièrement en anglais?
J'ai une petite idée pour le nom mais je le garde encore pour moi, l'album sera en majorité en anglais avec quelques surprises en français.
 
- Une date de sortie pour l'album?
Non pas encore.
l- Sur les quelques titres que nous avons pu entendre de vous, nous avons remarqué la présence d'instruments classiques, quel effet cela procure de travailler avec un orchestre, comment cela se passe pour l'enregistrement des chansons ?
J'adore les cordes, je trouve qu'elles amènent une autre dimension aux titres. J'ai eu la chance de travailler avec mon ami Brice Davoli aux arrangements, qui a une approche très cinématographique de la musique (il fait beaucoup de musique de films). J'ai besoin de me faire un film sur les musiques que j'écoute, je voulais que les cordes amènent l'auditeur autre part.
Nous sommes allés enregistrer à Budapest dans un énorme studio des années 50, c'était majestueux, quand les 45 musiciens ont commencé à jouer sur mes titres j'ai eu des frissons qui ne m'ont pas lâché de toute la séance, j'avais les larmes aux yeux, je crois que c'est la plus belle expérience artistique de ma vie.
utf-8 27 27539514 435585363149777 2039584536 n


- Vous êtes ce que le milieu de la musique décrit comme un artiste lyrique mais vous avez aussi un son pop-rock, parlez-nous de ce mélange.
J'ai pris des cours de classique au Conservatoire Régional de ville (Thionville ) à l'âge de 17 ans. J'avais aussi un groupe de rock Samsara à cette époque, je sortais des cours de classique et j'allais répéter dans une cave à Nancy avec mon groupe, ça m'a beaucoup apporté.Sur le titre we'll come again l'idée de chanter en lyrique sur le pont m'est venue naturellement quand je me suis mis derrière mon piano. Ca me rappelle l'époque où je m'enregistrais chez moi sur le titre Miss Sarajevo le duo entre U2 et Pavarotti, c'est en imitant Pavarotti que je me suis découvert une passion pour le chant lyrique.
 
- Nous sommes tous d'accord pour dire que vous avez une voix à part, est-ce naturel chez vous ou est-elle travaillée pour coller à un registre précis?
Pas du tout, quand je chante c'est le seul moment où je ne me pose pas de question. Ma voix est le reflet de qui je suis tout simplement.
utf-8 27 2724323 103693359672314 2093214 n utf-8 27 2724323 103696596338657 1549262 n
- Des projets pour la suite ? Une tournée ?
Bien sûr, mes musiciens et moi avons vécu de super moments sur scène, en France, Belgique et Luxembourg, on commence à avoir une relation très sympa avec le public qui nous suit de plus en pus au fil des concerts, j'espère qu'il v y en avoir de plus en plus.
 
- Vous trouvez-vous des similitudes avec d’autres grands artistes ?
Je pense que Bono est le chanteur que j'admire le plus, ce n'est pas le meilleur technicien du monde mais il a un feeling hors du commun que j'adore, je me retrouve beaucoup en lui.
 
- Parlons Coldplay maintenant, avez-vous déjà assisté à un de leur concert ? Et pouvez-vous aussi nous dire le titre de votre chanson préféré de Coldplay.
Je les ai vu au Parc des Princes il y a quelques années, et j'ai pris une gros claque. mon titre préféré est Trouble pour la pureté et l'intemporalité de la mélodie.
 
- Que pensez-vous de notre projet «Push Zone» dont vous faites l’objet avec cette interview ?
Je trouve ça génial de mettre en lumière des nouveaux artistes comme moi, et c'est pour moi un honneur de faire une interview pour des fans de Coldplay, c'est un gage de qualité.
 
- Pour finir merci énormément d’avoir pris le temps de nous parler et de nous raconter votre histoire, j’étais vraiment heureux de vous poser ces quelques questions et en mon nom et celui de toute l’équipe du site je vous souhaite de la réussite et une longue et grande carrière. Nous sommes heureux de vous avoir parmi nos nombreuses interviews de notre projet de présentation de nouveaux groupes aux fans francophones de Coldplay.
Merci.

Dernière modification ledimanche, 06 décembre 2015 12:27

Connexion or S'enregistrer